1968. Quelle année mouvementée ! Les gens descendaient dans les rues, la révolution flottait dans l’air, nous avions sorti le White Album et l’une des photographies les plus influentes de l’Histoire venait d'être prise par un astronaute nommé William Anders...

C’était le soir de Noël. Alors qu'ils devenaient les premiers êtres vivants à orbiter autour de la Lune depuis le commencement des temps, Anders et son commandant de mission, Frank Borman, repérèrent, à travers le petit hublot de la navette Apollo 8, quelque chose que personne n’avait jamais vu auparavant. Quelque chose de familier et d'étrange, à la fois beau et fragile. « Mon Dieu ! », s’exclama Borman. « Regarde ça. C’est la Terre. Quelle beauté! »

« As-tu du film en couleurs, Jim ? » répondit Anders. « Passe-le-moi vite, s’il te plaît. » Pendant une minute environ, deux êtres humains à l’intérieur d’une petite boîte en métal à quelque 400 000 kilomètres de leurs maisons luttèrent désespérément pour mettre un rouleau de film photographique dans leur caméra. Finalement, Anders rapprocha l’appareil du hublot et appuya sur le déclencheur, capturant l’image de notre fragile planète sur l’horizon de la Lune. La Terre se levait.
Cette image eut un impact si profond dans le cerveau humain qu’on la soupçonne d'avoir été le déclic du mouvement environnemental mondial. Elle a changé la manière dont nous nous percevons.

Tout cela s’est passé il y a plus de 40 ans, le temps d’un clin d’œil dans l’immensité de l’éternité. Pourtant, quelque chose a changé depuis. Pendant au moins 800 000 ans, l’océan Arctique avait été couvert d’une épaisse couche de glace grande comme un continent. Mais dans les décennies qui se sont écoulées depuis la prise de cette photo, les satellites ont détecté une fonte ininterrompue de la calotte polaire. Une bonne partie de la glace a déjà disparu et il semble que durant leur vie, mes enfants pourront voir de l’eau au Pôle Nord. Peut-être que moi-même, je vivrai assez pour voir cela.

Pensez-y un moment. Depuis le jour où Anders a pris sa photo, nous avons tellement réchauffé notre planète qu’aujourd’hui son image vue de l’espace est radicalement différente. Nous avons sorti le pétrole du fond de la Terre, nous avons brûlé nos forêts et nous avons ajouté tellement de carbone à notre atmosphère que les astronautes d’aujourd’hui regardent une tout autre planète. Et voici quelque chose qui me bouleverse : au fur et à mesure que la glace se retire, les géants pétroliers avancent. Au lieu de voir dans la fonte des glaces un sérieux avertissement pour l’humanité, ils ne pensent qu’à sortir le pétrole qui se trouve sous l'Arctique et qui, jusqu’à présent, était inaccessible. Ils profitent de la disparition de la calotte pour extraire le pétrole qui en a causé sa fonte. Les carburants fossiles ont conquis tous les coins de notre planète, tous les aspects de notre vie, mais à un moment, quelque part sur Terre, nous devrons dire : « C’est assez. » Je pense que ce moment est venu et que cet endroit est l’Arctique.

Voilà pourquoi je me suis joint à la campagne de Greenpeace pour créer un sanctuaire légalement protégé autour du Pôle Nord et pour bannir à jamais toute exploration pétrolière et toute pêche industrielle dans les eaux de l’océan Arctique. Mon nom se retrouvera parmi les – au moins – deux millions de signatures que Greenpeace amènera au Pôle Nord et déposera au fond de la mer, quelques quatre kilomètres sous la glace. Nous nous unirons pour sauver l’Arctique et la vie sur Terre.

Depuis un mois, moi et plus d’un million de personnes avons signé la pétition pour sauver l’Arctique. Si vous ne l'avez pas fait, vous avez encore une chance d’inclure votre nom dans la liste qui sera déposée au Pôle Nord.
                      

Et si, comme moi, vous ressentez une attirance envers les beautés naturelles de l’Arctique, vous voudrez sûrement rejoindre le mouvement militant en ligne Arctic Rising. Vous pouvez choisir d’être un de ces cinq animaux : ours polaire, chouette, renard, narval ou morse. Une fois que vous vous serez joint au clan d’un animal, vous pourrez encourager votre collectif en « recrutant » de nouveaux partisans pour la campagne et ainsi aidez à faire grandir votre équipe, quelle qu'elle soit. C’est comme la Terre qui se lève sur la Lune. Nous sommes à l’aube d’un mouvement global qui trace une ligne sur la glace et dit aux pollueurs : « Vous ne passerez pas. »

Et maintenant, quel animal pensez-vous que j'ai choisi ? 

Oui, vous l'avez deviné : I am the Walrus !