Titanic coule 1D'après le gouvernement du Québec il y a aurait à date, et pour cette année seulement, 83 lacs ou plans d'eau affectés par les algues bleues et les cyanobactéries [vidéos du gouvernement]. Depuis 2004, ce sont environ 150 lacs ou plants d'eau qui ont été affectés. Rappelons que les rejets excédentaires de phosphore provenant de l'agriculture et notamment des élevages et des cultures qui leurs sont associées comme le maïs, sont les causes principales. Il ne manque pas d'études gouvernementales sur l'eau et en particulier sur le phosphore [voir aussi : 1, 2, etc.]. Le gouvernement n'a donc aucune excuse pour ne pas agir... Il a toute l'information. On doit se poser la question sur le nombre de lacs et plans d'eau affectés. Ne serait-ce pas que le sommet de l'iceberg qui indiquerait un problème plus généralisé ? Les propres études du gouvernement démontrent que le problème de la surcharge en phosphore (2 à 6 fois la capacité maximum pour éviter la mort des rivières et des lacs - page v) est assez généralisé dans de nombreux bassins versants. Dans seulement une trentaine de rivières, environ 3 000 tonnes de phosphore excédentaire y seraient deversés annuellement (Tableau 2.3). Il est fort à parier que les 83 lacs officiellement contaminés ne soient que la pointe visible de l'iceberg. Ce sont les lacs avec des résidents qui ont le plus de probabilité de se retrouver sur la liste du gouvernement suite à une plainte d'un résident. Vous n'imaginez tout de même pas qu'un gérant de porcherie irait informer le gouvernement si le lac ou la rivière proche de la porcherie ou des champs de maïs aspergés au lisier, étaient contaminés aux algues bleues...