Hier, à Saint-Pétersbourg, de nouvelles audiences ont débuté pour déterminer si la détention préventive des 30 de l’Arctique doit être prolongée.

Une situation qui évolue d’heure en heure

Le premier à avoir été entendu par les juges russes est l’Australien Colin Russell. Il est pour l’instant le seul à avoir été maintenu en détention préventive. Celle-ci a été prolongée de 3 mois, jusqu’au 24 février 2014, pour des raisons qui nous sont encore inconnues.

Le tribunal de Saint-Pétersbourg a décidé que les autres militants ayant été entendus hier et aujourd’hui peuvent être libérés sous caution. Il s’agit d’Ekaterina Zaspa, Denis Sinyakov, Andrey Allakhverdov, Ana Paula Maciel, David John Haussmann, Miguel Hernan Perez Orsi, Tomasz Dziemianczuk, Camila Speziale, Francesco Pisanu, Cristian D’Alessandro, Sini Saarela et enfin du Canadiens Paul Ruzycki.

Libération sous caution ne signifie pas abandon des charges

En dehors du montant de la caution demandée par les autorités russes, nous ne savons rien des conditions de cette libération. Pourront-ils rentrer dans leur pays et retrouver leurs proches ? Combien de temps la procédure de libération sous caution prendra-t-elle ?

Nous ne devons pas perdre de vue que les charges retenues contre les 30 de l’Arctique n’ont toujours pas été levées. Ils risquent toujours d’être condamnés pour les crimes disproportionnés dont on les accuse et qu’ils n’ont pas commis : le hooliganisme et la piraterie. Ils encourent encore jusqu’à 15 ans de prison.

 

 
Pendant son audition, le Polonais Tomasz Dziemianczuk a déployé une bannière « Save The Arctic » réalisée sur une serviette de bain pendant sa détention.
Même après 2 mois de détention passé à Mourmansk et St Petersbourg, la détermination de protéger l'Arctique est toujours intacte.

#FreeTheArctic30 ! et #SaveTheArctic