Dernière mise à jour – 5 h 30 (HEC) : La dernière image de cette action en fut une de détermination. Nos activistes sont maintenant de retour sur notre bateau, mais la lutte continue. Pendant cinq jours et cinq nuits, l’équipage du navire de Greenpeace Arctic Sunrise a perturbé les activités du géant pétrolier russe Gazprom pour l’empêcher d’aller de l’avant avec ses plans de forage en Arctique. Pendant cette protestation pacifique, nos activistes ont enduré les puissants jets d’eau glaciale lancés depuis les canons des bateaux russes et depuis la plateforme de forage Prirazlomnaya.

Pourtant, ce n’est pas la fin et ça ne saurait l’être. La bataille pour sauver l’Arctique doit continuer. Nous avons vu aujourd’hui que la glace polaire a atteint un nouveau record minimum, ce qui prouve que notre planète se réchauffe à une vitesse qui menace la survie de milliards de personnes. Si nous souhaitons arrêter les compagnies pétrolières qui voient dans la fonte des glaces une opportunité d’affaires au lieu d’un danger pour la vie sous toutes ses formes, il faudra bien plus que quelques activistes sur des bateaux pneumatiques. Nous avons besoin d’un mouvement mondial. Nous avons besoin de vous tous.

Signez maintenant la pétition pour sauver l’Arctique. Si c’est déjà fait, invitez d’autres personnes à signer et à partager le lien et ainsi de suite... Jusqu’à ce que nos voix se fassent entendre partout.


© Denis Sinyakov / Greenpeace

Il y a quelques heures, sept activistes de Greenpeace — dont son directeur général Kumi Naidoo — se sont dirigés vers l’imposante plateforme de forage de Gazprom dans l’Océan Arctique, et cela pour la deuxième fois en trois jours. Les activistes, à bord de deux bateaux pneumatiques haute-vitesse, ont intercepté un navire de ravitaillement qui se préparait à débarquer des travailleurs sur la plateforme pétrolière.

Signez la pétition pour sauver l’Arctique

Dernières nouvelles :

L’Arctique a besoin de tous ! En même temps que nous menons des actions pour contrer les plans de forage de Gazprom en Arctique, les chercheurs viennent tout juste d’annoncer que l’étendue de la glace polaire estivale a atteint ce dimanche 26 août un nouveau record minimum (lien externe disponible en anglais seulement). Aidez-nous à envoyer un message à des compagnies comme Gazprom pour qu’elles comprennent que la fonte des glaces n’est pas une opportunité d’affaires !

Cela fait plus que 12 heures que les activistes ont réussi à arrêter les opérations de forage de Gazprom en Arctique ! Montrez-leur votre appui en signant notre pétition.

Notre petit bateau défie un énorme navire muni de gros canons d’eau. Un de nos bateaux pneumatiques qui était attaché à l’ancre a chaviré sous la force des jets d’eau… Les activistes sont tombés à l’eau. Ils sont en sécurité maintenant sur un autre bateau. L’action continue et une équipe de renfort arrive. Restez avec nous !

Le bateau pneumatique de Kumi est maintenant attaché à la chaîne du bateau russe de ravitaillement. Les travailleurs ne peuvent pas arriver à la plateforme de Gazprom et les opérations de forage pour extraire du pétrole dans l’Arctique sont interrompues.

Un bateau de la garde côtière russe nous observe, mais n’intervient point. Il y a maintenant 14 activistes à côté du bateau de ravitaillement.

 

Pourquoi menons-nous cette action ?

Prirazlomnaya. Un mot difficile à prononcer pour plusieurs. Voilà le nom et la face visible de la destruction de l’Arctique aujourd’hui. Prirazlomnaya est une énorme plateforme de forage russe qui aspire à être la première grande installation au monde de pompage commercial de pétrole dans l’Océan Arctique.

Détrompez-vous : l’industrie pétrolière russe n’est pas digne de confiance. Aujourd’hui, dans la République des Komis, on déverse sur la terre et dans les rivières quelque 30 millions de barils de pétrole par année.

Voilà pourquoi, à une latitude de 70º nord dans la Mer de Pechora, nos activistes combattent cette plateforme monstrueuse et l’empêchent de forer.