Cochon OGM vert fluoSi vous pensiez que la biotechnologie ne permettait que de commercialiser des plantes OGM qui soient résistantes à un herbicide ou des plantes qui produisent leur propre pesticides, détrompez-vous ! Voici une autre belle invention : transférer un gène de méduse dans des cochons pour qu'ils soient vert fluo... Le but ultime de tout cela ? Accelérer la croissance plus rapide des cochons... Bientôt : des consommateurs génétiquement modifiés qui pourront manger encore plus de porc. On arrête pas le progrès... C'est lui qui va nous arrêtez !

China.org.cn 2006/12/28

OGM : La Chine devient le 4e pays à donner naissance à des porcelets vert fluo

La Chine a réussi à donner naissance le 22 décembre à des cochons génétiquement modifiés qui expriment les gènes de la fluorescence d'une méduse, devenant ainsi le 4e pays à réaliser cet exploit après les États-unis, la République de Corée et le Japon. Cette découverte secientifique est due à l'équipe de recherche dirigée par Liu Zhonghua, professeur à l'Université de l'Agriculture du nord-est de la Chine, qui avait déjà mis au point le 14 octobre dernier les premiers clones de cochons locaux du nord-est de la Chine à partir de cellules souches.

Pour développer ces cochons génétiquement modifiés, les chercheurs extraient d'abord de la protéine de fluorescence verte d'une méduse spéciale et transplante ensuite ce gène traité dans le génome de fibroblaste du foetus du cochon. Le noyau de cette cellule génétiquement modifiée est ensuite inséré dans l'ovocyte d'une truie dont le noyau a été isolé. C'est ainsi qe l'on obtient un embryon génétiquement modifié que l'on transplante dans la truie. Au bout de 114 jours, des porcelets génétiquement modifiés fluorescents verte naissent.

D'après Baojun, vice-président de l'Université de l'Agriculture du nord-est de la Chine et expert en élevage, ces cochons génétiquement modifiés prouvent que la Chine figure parmi les premiers pays sur le plan de la recherche en matière de clonage de cochons. Cette technique favorisera l'élevage des porcs à caractéristiques fixes et des porcs spéciaux qui peuvent servir de cobayes pour les expérimentations médicales. Elle ouvrira ainsi des perspectives encourageantes pour le développement de l'élevage et de la recherche médicale.

Actuellement, deux autres truies devraient donner naissance mi-janvier 2007 à des porcelets génétiquement modifiés. Ces deux truies ont reçu des gènes spéciaux qui permettent d'accélérer la vitesse de croissance des porcelets et par la même occasion la production de bétail.