Des militants de Greenpeace ont de nouveau abordé ce matin, en pleine mer, le brise-glace de Shell, le Nordica, afin de poursuivre leur action contre les plans destructeurs de la compagnie pétrolière qui souhaite commencer les forages dans l'Arctique cet été. Il y a deux jours, une cinquantaine de militants avait déjà occupé ce même navire dans le port d’Helsinki, en Finlande.

À 4 h 20 ce matin, alors que le navire se trouvait dans les eaux suédoises, six militants de Greenpeace, originaires de cinq pays, sont montés à bord du Nordica, le brise-glace de Shell, et se sont attachés à travers tout le navire afin de l'empêcher de continuer sa route vers l'Alaska. Ils exigent que Shell abandonne ses plans controversés de forage dans l'Arctique.

« Les plans téméraires de Shell pour commencer le forage pétrolier dans l'Arctique constituent une menace inacceptable pour cette région unique au monde », a déclaré la militante Thérèse Jacobson, une
éco-toxicologue. « Nous sommes à la croisée des chemins. Un choix doit être fait. Entre protéger l'Arctique ou permettre aux sociétés pétrolières comme Shell et d'autres de détruire cette région précieuse pour sa biodiversité et les services climatiques qu'elle nous rend, le choix est clair, il faut sauver l'Arctique. »


L'interception d'aujourd'hui fait suite à une action similaire ayant eu lieu plus tôt cette semaine lorsque 20 militants de Greenpeace sont montés à bord du Nordica à Helsinki, en Finlande, alors qu'il se préparait à quitter le port pour rejoindre la flotte de navires de Shell en Alaska.


Alors que la région Arctique est déjà menacée par les changements climatiques et la pollution,
Shell est la première compagnie pétrolière internationale à considérer l’exploration de l'Arctique comme une opportunité et une priorité pour l'entreprise. S'ils trouvent du pétrole cet été, d'autres géants mondiaux vont se précipiter et provoquer une dangereuse ruée vers le pétrole de l'Arctique.

Nous devons empêcher ça. 

Écrivez à Shell et aidez-nous à atteindre un demi-million de signatures.

 

À lire : Des militants de Greenpeace occupent un brise-glace de Shell en Finlande