Depuis le lancement de la campagne Detox, Greenpeace a mené des actions devant les magasins Zara de 80 villes du monde. De Madrid à Hambourg en passant par Vancouver, Montréal et Toronto, ou encore Buenos Aires, ce samedi, nos militants étaient partout, mobilisés pour alerter les consommateurs sur la présence de substances chimiques dangereuses dans les vêtements Zara et les inciter à exiger de la marque espagnole qu’elle renonce à ces substances toxiques.

Zara peut mieux faire !

En réponse à cette large mobilisation devant les magasins et face aux 250 000 signatures récoltées en 3 jours sur le web, Zara a proclamé sa “volonté” de cesser tout rejet de substance chimique dangereuse.
Cette réponse est encourageante, certes, mais insuffisante. Parce que les mots ne suffisent pas s’ils ne sont pas accompagnés d’actions concrètes.

Nous attendons de Zara qu’elle prenne un engagement crédible et ambitieux pour atteindre un objectif « zéro rejet toxique » d’ici 2020. Mais cet engagement passe par des actions concrètes à plus court terme, telle que la transparence immédiate sur les produits chimiques utilisés, les rejets occasionnés et les sites de production concernés; et un plan d’action pour éliminer rapidement les produits les plus dangereux.

Car le problème est réel

Zara vend plus de 850 millions d’habits dans le monde chaque année. En analysant 10 de ces vêtements, Greenpeace a décelé la présence de plusieurs substances chimiques dangereuses.

L’un des plus gros concurrent de Zara, H&M, s’est déjà engagé à désintoxiquer sa chaîne d’approvisionnement et à cesser l’utilisation de produits chimiques dans sa chaîne de production. De plus, l’entreprise entend faire preuve de transparence dans ce changement stratégique. H&M s’est engagé à exclure toute utilisation de PFC dès 2013.

Zara peut apparemment concevoir, produire et livrer de nouveaux vêtements en à peine 15 jours… À l’ère de la fast fashion, nous aimerions voir la marque utiliser son efficacité pour répondre à l’urgence de rendre propre l’industrie textile.

Et nous, que pouvons-nous faire ?

D’abord rejoindre les milliers de personnes qui ont signé pour convaincre Zara :
Partagez la campagne avec vous proches grâce aux réseaux sociaux : l’année dernière, cette pression globale internationale avait fait bouger Puma, Nike et H&M.
Alors, pourquoi pas Zara !

Et dans la vraie vie ? Pourquoi ne pas vous rendre dans le magasin Zara le plus proche de chez vous (retrouvez la liste des magasins sur leur site) et demander à parler au manager au sujet de la présence de produits chimiques dans les vêtements. Deux questions à lui poser :

1. La marque a-t-elle des vêtements fabriqués sans produits chimiques, ou dont on est sûrs que la fabrication ne cause pas de pollution toxique ?

2. Le gérant peut-il, si possible, faire part de votre question au siège de Zara, en leur demandant quand ils s’engageront vraiment ?

 

À très bientôt, pour la suite de la campagne !

Toutes les actualités de la campagne Detox