Mélanie Dupuis, activiste et bénévole pour Greenpeace, a été invitée à participer à un camp spécial pour les actions de protection des forêts en Allemagne.

Équipe GP - Spessart (cédit  Luis Scheuermann Greenpeace Allemagne)En plein cœur de Heigenbrücken, un petit village allemand de la province de Bavière, un groupe d’une vingtaine de personnes motivées et enthousiastes se prépare à braver l’automne dans la forêt de Spessart à la poursuite d’un but commun: mettre fin à la destruction des forêts anciennes et augmenter le nombre d’aires protégées.  Il s’agit là de forêts d’hêtres représentant un écosystème riche en biodiversité, un grand territoire de puits de carbone et un habitat naturel pour une faune de six milles espèces.  Greenpeace Allemagne était au rendez-vous en s’établissant dans un camp au décor rustique, prêt à affronter les nuits froides dans des tentes et créant une atmosphère familiale lors des repas et des discussions collectives. Constituée d’experts en cartographie, de chefs de campagnes, de bénévoles et d’activistes internationaux venant notamment de la Finlande, de la Russie, du Brésil et moi-même du Canada, toute l’équipe a assuré un travail intensif et efficace, prometteur d’espoir pour la sauvegarde de nos forêts publiques.

Le but de ce 3ème camp était de créer une carte des forêts d’hêtres anciennes pour ensuite présenter les zones prioritaires à protéger au gouvernement provincial. Ce dernier avait donné son feu vert à l’industrie forestière et avait fait preuve de manque de transparence vis-à-vis des citoyens concernant ces projets d’exploitation. Greenpeace Allemagne demande au gouvernement d’établir un moratoire sur les coupes et exige la protection de 10% de ces territoires. Cette carte vise également à démontrer les régions de forêt artificielle, replantée pour des raisons commerciales et comportant certains arbres non-originaires de l’Allemagne tel que le sapin de Douglas, une espèce envahissante qui présente une menace pour l’hêtre.

Action Spessart  (crédit Greenpeace Allemagne)Équipée de bonnes bottes de randonnée, d’énergie et de grande motivation, j’ai participé à la saisie de données, comme la mesure du diamètre des arbres pour ensuite les enregistrer dans le système informatique. Nous avons accompli beaucoup de travail sur un large territoire en seulement trois semaines. Résultat: 13 000 arbres enregistrés (pour la plupart des hêtres, des chênes et des pins âgés de plus de 140 ans) et la découverte des zones convoitées par Bayerische Staatsforsten, la compagnie forestière d’État. Par la suite, notre groupe d’activistes a installé des centaines d’affiches montrant un signe « Interdit de tronçonner » sur les arbres ciblés. Cette action symbolique avait pour but de sensibiliser la population locale sur la problématique ainsi que d’attirer l’attention du gouvernement Bavarois. Ce territoire risquant la destruction est maintenant placé sous haute surveillance par Greenpeace. La pression se poursuit dans les médias à travers des communiqués de presse, avec une lettre envoyée au gouvernement et la rédaction d’un rapport officiel concernant la protection de la forêt de Spessart. Par ailleurs, pour répondre à l’urgence de la situation, un camp d’action additionnel a été mis en place dans une région différente d’Allemagne. On ne lâche pas!

Melanie ( crédit Klaus Cook Greenpeace Allemagne)Cette expérience à l’étranger fut pour moi enrichissante et s’est surtout avérée très inspirante car elle m’a permis de prendre conscience que la préservation des forêts touche les gens partout à travers le monde. Après avoir observé de près une biodiversité fascinante et avoir parcouru plusieurs kilomètres dans un décor de feuilles dorées, je réalise que les forêts anciennes ont beaucoup à nous apprendre et qu’elles contribuent à toute vie sur Terre. Nous sommes chanceux au Canada d’avoir encore des territoires de forêts intactes, ce qui n’est pas le cas en Allemagne. Les forêts de demain sont menacées. Il est donc primordial de continuer la lutte pour leur sauvegarde avant qu’il ne soit trop tard. Tous ensemble, éduquons nos enfants, reconnectons-nous avec la nature et reprenons en main ce qui nous appartient!