enbridge spill

Plus de deux ans et demi après que la rupture d'un pipeline eut causé le plus important déversement terrestre de pétrole de l’histoire des États-Unis, l'Agence de protection environnementale des États-Unis (EPA) a ordonné hier à l'entreprise Enbridge de draguer la rivière Kalamazoo (Michigan) pour en retirer le pétrole submergé.

Pourquoi ordonné? Simplement parce qu’Enbridge refusait de finaliser le nettoyage de la rivière.

Ce nouvel épisode rappelle à quel point le désastreux bilan social et environnemental d’Enbridge est inquiétant. Surtout lorsqu’on sait qu’Enbridge veut inverser son vieux pipeline Ligne-9 qui a près de 40 ans pour pouvoir acheminer le pétrole des sables bitumineux de l’Alberta à Montréal.

Enbridge est responsable de plus d’un déversement par semaine. Le plus connu étant celui où Enbridge a déversés dans la rivière Kalamazoo trois millions de litres de pétrole (bitume dilué) provenant des sables bitumineux, soit le plus important en sol nord-américain. La rivière n’est d’ailleurs toujours pas nettoyée 2 ans et demi plus tard, incluant une section située à plus de 50 km du déversement. Enbridge connaissait pourtant les risques cinq ans avant le déversement, mais n'avait rien fait pour corriger la situation et a donc été condamnée à payer une amende de 3,7 millions de dollars.

Aussi, Enbridge refuse de payer pour deux études qui permettraient d'évaluer les dommages au Michigan. Elle n’avait également pas jugé bon de prendre quelques dollars pour traduire les documents unilingues anglais qu’elle a déposés dans le cadre de l’évaluation du projet de ligne 9 à Montréal par l’Office national de l’énergie.

Or, la compagnie a de l'argent pour se payer une campagne de publicité monstre dans les journaux québécois où elle vante la sécurité de son projet d'inversion de pipeline et se drape de vert. Et que dire des cadeaux qu'elle distribue aux municipalités québécoises situées le long du pipeline!

Enbridge a aussi de l’argent pour faire des expériences en laboratoire et tenter de démontrer que le pétrole des sables bitumineux (bitume dilué) flotte à la surface de l’eau alors qu’on le retrouve encore au fond de la rivière Kalamazoo!

Montréal-Michigan: même type de pipeline, même âge, même compagnie, même pétrole, même désastre annoncé.

Seul ensemble et nombreux, nous pourrons empêcher le désastre annoncé de l’arrivée des sables bitumineux au Québec. Ajouter votre voix à des milliers d’autres et obtenez de l’information sur notre campagne sur les sables bitumineux ? Signez ici !, votre voix compte!

Venez également marcher le 21 avril prochain pour réclamer des énergies vertes et bloquer les projets de pipelines.