grenoble 200511 zonesansogm 03Le fait que les producteurs de lait biologique (sans OGM) du Québec n'arrivent pas à satisfaire à la demande, démontre une fois de plus que les politiques publiques en matière d'agriculture et d'alimentation ne correspondent plus aux nouvelles tendences du marché. Pourquoi ces politiques continuent-elles à encourager directement et indirectement des productions comme les OGM dont presque personne ne veut à part les multinationales qui les vendent ? Au lieu de continuer dans la voie qui nous conduira peut-être bientôt vers des vaches OGM, il faut encourager les pratiques biologiques plus saines pour l'environnement. Il faut aller l'exiger à la Commission sur l'avenir de l'agriculture et de l'agroalimentaire (CAAAQ).