Vous avez sans doute lu ou entendu les réactions de l'UPA ou « d'agriculteurs » qui se disent outrés de la sortie de Greenpeace sur les algues bleues. D'après ces commentaires, Greenpeace « beurre épais », utiliserait la « démesure », etc... C'est évident que Greenpeace a touché une corde sensible... En fait, Greenpeace ne fait que répéter ce que beaucoup d'experts et de groupes disent depuis des années, y compris des rapports du propre ministère de madame Beauchamp, sur le rôle des mauvaises pratiques agricoles dans les émissions excédentaires de phosphore dans l'environnement, dans certains cours d'eau et nos lacs...

Ceci étant dit, le journal LA TERRE DE CHEZ NOUS, du 2 août dernier, publie un article fort intéressant en page 10. Caroline Drouin du ministère de l'Environnement (MDDEP) confirme qu'il « n'existe pas de compilation régionale ou par bassin versant de toutes ces sources agricoles [de phosphore]. De plus, selon madame Drouin, « le ministère n'entend pas faire ce bilan ». Pire, le MDDEP confirme que les dernières données datent de 2003 [année de l'arrivée des libéraux au pouvoir]. Tout ce qui est fait est un diagnotic ferme par ferme, qui aurait permis à 86 % des fermes d'atteindre l'équilibre des sols. Aucune mention de comment le MDDEP aurait obtenu ce chiffre de 86 % (combien d'inspections sur le terrain par rapport aux nombres de fermes concernées ? Est-ce que ce taux de 86 % aurait été basé sur les déclarations des agriculteurs eux-mêmes ?). La réalité est qu'il n'existe pas d'étude systématique du Ministère et que le registre des lacs contaminés est dû à la vigilance de quelques 2000 citoyens qui ont prévenu le ministère. Greenpeace maintient donc qu'il ne s'agit sûrement que de la pointe de l'iceberg. En effet, l'absence de données sur un sujet ne doit pas être considéré comme si c'était une preuve qu'il n'existe pas de problèmes !

Pourquoi le gouvernement n'interdit-il pas le phosphate dans les détergents à lave-vaisselle comme mesure rapide et efficace ? Quand vous verrez la ministre Line Beauchamp dans votre région, allez donc lui dire ce que vous pensez de l'approche du gouvernement dans ce dossier. Vous pouvez aussi la contacter pour être sûr de la rencontrer : 418-521-3830 ou 1-800-561-1616.