Quand vous voyez un petit tyran intimider les autres, la meilleure réponse est de le confronter d’une manière pacifique, mais ferme.

Aujourd’hui, dans son empressement pour construire de nouveaux pipelines à travers la Colombie-Britannique, le gouvernement Harper se comporte comme le tyran de la classe. Il a ainsi déjà annulé quelque 3 000 évaluations environnementales, effacé des pans complets de nos lois environnementales et apposé l’étiquette « radical » sur quiconque ose exprimer ses inquiétudes sur ces mégaprojets énergétiques.

Moi, j’ai décidé de me lever contre cette intimidation. J’espère que vous vous joindrez à moi – et à des centaines d’autres personnes du mouvement Défendons la côte ouest – lors du sit-in que nous ferons le 22 octobre prochain devant l’Assemblée législative à Victoria.

Nous avons choisi la ville de Victoria parce que la première ministre Christy Clark a clairement besoin d’encouragements pour résister aux intimidations des petits tyrans. Bien que la plupart des habitants de la C.-B. s’opposent aux nouveaux pipelines et aux superpétroliers qui transporteront le pétrole des sables bitumineux, en raison des menaces que ce développement représente pour le littoral, les pêcheries, les forêts et nombre d’emplois dans ces secteurs, Madame Clarke dit vouloir passer un accord. Elle veut discuter avec le gouvernement fédéral et celui de l’Alberta pour négocier l’appui de la C.-B. aux pipelines en échange d’une hausse des redevances pour sa province.

Un pareil accord passerait outre la décision de plus de 100 Premières Nations ayant déjà dit NON à ces mégaprojets. Il ignorerait aussi leur droit à donner un consentement préalable, libre et éclairé. Et, bien entendu, il mettrait nos communautés et notre environnement en péril, car il encouragerait la multiplication des pipelines, l’arrivée de navires superpétroliers et le développement des sables bitumineux.

Voilà pourquoi je suis fier de me joindre aux 80 leaders canadiens du monde des affaires, des Premières Nations, de l’environnement, du secteur de la santé et des communautés artistiques pour promouvoir le sit-in « Défendons la côte ouest ». On y lancera un message sans équivoque aux leaders politiques à Victoria et à Ottawa : la côte ouest n’est pas à vendre ! Nous voulons un avenir qui respecte les droits des Premières Nations et qui nous éloigne des énergies sales er du réchauffement climatique au lieu de nous en rapprocher.

Le sit-in que nous organisons s’inspire d'actions similaires menées l’an dernier à Washington et à Ottawa. Ces sit-in ont réussi à arrêter le projet de pipeline Keystone XL et à attirer l’attention de la population sur les projets de nouveaux pipelines au Canada. Le 26 septembre 2011, il y a un an aujourd'hui, des centaines de Canadiennes et de  Canadiens ont participé à une acon de désobéissance civile sur la colline parlementaire à Ottawa. Ce fut l’une des plus grandes actions de désobéissance civile liée aux changements climatiques de l’histoire du Canada. Peut-être établirons-nous un nouveau record le 22 octobre.

Depuis un an, le mouvement n’a cessé de croître. Il est clair maintenant que les citoyens en ont assez de la façon dont nos gouvernements s’allient toujours avec le secteur pétrolier au détriment de l’environnement et de la santé des communautés.

J’espère voir une grande mobilisation à Victoria et à travers le Canada ce 22 octobre. Vous pouvez déjà vous inscrire sur le site defendourcoast.ca/fr.