Durant une grande partie de l’été, Greenpeace a parcouru le Québec et les Maritimes pour dénoncer la compagnie de thon en conserve Clover Leaf, une compagnie qui contribue à la destruction de nos océans. Il est donc bien compréhensible que les gens se posent la question : Pourquoi cibler Clover Leaf ?

En effet, cela peut paraître un peu étrange que Greenpeace s’en prenne à une compagnie qui ne figure même pas comme étant la pire marque dans notre dernier Classement de thon durable 2012

Il est vrai que certaines compagnies ont obtenu une note inférieure à celle de Clover Leaf, mais en réalité ces compagnies n’ont pas le même impact que cette dernière. En fait, Clover Leaf détient la plus grande part du marché de thon en boîte au Canada, et comme chef de file, Greenpeace croit que la compagnie a la responsabilité de donner l’exemple en ne s’approvisionnant plus en poisson issu des pêcheries destructrices.

Méthodes de pêche utilisées

Clover Leaf utilise encore des dispositifs de concentration de poissons en combinaison avec des sennes coulissantes. Cette méthode n’attire pas que le thon et attrape plusieurs espèces en même temps, dont les requins, les tortues et les raies. Une fois remontés sur les bateaux, la plupart de ces animaux sont rejetés en mer, morts ou fatalement blessés.

 

La palangre est une autre méthode de pêche utilisée pour capturer le thon vendu par Clover Leaf. Pour comprendre le système de la palangre, il suffit d’imaginer une ligne qui peut atteindre une centaine de kilomètres avec des milliers d’hameçons appâtés, laissés sur la haute mer et attachés à des bouées. Lorsque les pêcheurs reviennent à la ligne, ils y retrouvent bien sûr du thon, mais aussi des requins, des tortues et même des oiseaux marins qui s’y prennent. Les prises accessoires associées à la palangre peuvent atteindre jusqu’à 35 % de la prise totale. C’est tout simplement du saccage en haute mer !

Espèces proches d’être menacées

En plus d’avoir des méthodes de pêche destructrices pour aller chercher leur thon, Clover Leaf va encore plus loin en refusant d’arrêter de vendre le thon aux nageoires jaunes, une espèce classifiée par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) comme étant quasi menacée. Plusieurs compagnies ont déjà cessé de vendre le thon aux nageoires jaunes, ce qui prouve qu’il est possible de le faire, mais Clover Leaf déçoit encore une fois sur ce plan.

« Greenwashing » gracieusté de Clover Leaf

Malheureusement, après plusieurs tentatives pour leur faire changer de direction, Clover Leaf ne s’est toujours pas engagé à devenir une compagnie qui respecte nos écosystèmes marins. La compagnie a non seulement ignoré les demandes des consommateurs réclamant des pratiques plus écoresponsables : elle se cache aussi derrière de fausses promesses. En 2009, Clover Leaf et d’autres compagnies de thon ont lancé l’ISSF (International Seafood Sustainability Foundation), une fondation qui a pour mission de trouver des solutions écologiques à la pêche destructive. C’est avec une grande déception que Greenpeace a vu l’ISSF devenir un organisme qui défend les pratiques destructives plutôt que d’aider à amener les changements nécessaires dont l’industrie a besoin pour préserver la santé nos océans.

Depuis le lancement de notre premier Classement de thon en conserve au Canada (2011), nous avons vu plusieurs compagnies prendre des engagements concrets en tout ce qui concerne leurs politiques d’approvisionnement. Pour que Clover Leaf se joigne à cette vague, Greenpeace continuera de faire pression. Les demandes sont simples. Clover Leaf doit :

  • Passer à des pratiques de pêche plus durables, telle la pêche à la senne sans dispositifs de concentration de poissons (DCP);
  • Protéger les océans en évitant de s’approvisionner auprès de pêcheries qui opèrent dans les zones proposées en réserves marines;
  • Vendre uniquement du thon provenant de pêcheries équitables et soutenir ainsi les communautés côtières

C’est à votre tour. Voici 3 choses que vous pouvez faire pour nous aider à faire pression sur Clover Leaf :

1) Appelez la compagnie et laissez un message leur demandant de changer de thon !                1.877.893.9880

2) Rejoignez-nous sur Facebook.

3) Inscrivez-vous pour devenir bénévole.