Aujourd’hui, des bénévoles de Greenpeace déguisés en thon albacore et en requins se sont rendus aux bureaux de Clover Leaf à Laval pour demander à l’entreprise de vendre du thon en boîte plus durable pour les océans.

Ils ont remis au représentant de Clover Leaf une bannière signée par plus de deux cents Québécois qui exigent de la première entreprise de thon en boîte au Canada qu’elle change son approvisionnement en thon ainsi qu’une lettre avec les demandes de Greenpeace vis à vis de Clover Leaf.

Des pamphlets du classement de Greenpeace des marques canadiennes de thon en boîte établi en fonction de la durabilité de leur approvisionnement en thon ont été installés sur les pare-brise des voitures présentes dans le parc de stationnement de l'immeuble où est située l'entreprise. Le jour même, d’autres bénévoles faisaient de même aux bureaux de l’entreprise situés près de Vancouver en Colombie-Britannique en remettant une bannière signée au représentant de Clover Leaf.

Les requins sont en effet victimes des méthodes de pêche non sélectives employées pour capturer le thon vendu dans les cannes Clover Leaf. Ces dernières contiennent aussi beaucoup trop souvent du thon à nageoires jaunes (aussi connu sous le nom de thon albacore) dont les stocks sont pourtant en déclin.

Malgré la campagne de Greenpeace lancée au printemps vis-à-vis de Clover Leaf pour modifier ses pratiques, l’entreprise continue de s’approvisionner auprès de pêcheries qui pratiquent la pêche à la senne avec des dispositifs de concentration (DCP) ou la pêche à la palangre. Ce sont deux méthodes de pêche particulièrement dévastatrices pour la vie marine parce qu’elles font plus de victimes collatérales que d’autres méthodes comme la pêche à la ligne. (Pour en savoir plus sur les méthodes de pêche).

Il est grand temps que Clover Leaf reconnaisse que les membres de Greenpeace ne sont pas les seuls à vouloir protéger les océans mais que de nombreux citoyens appuient les demandes de l’organisation. Cette bannière de Greenpeace a en effet circulé lors d’activités de Greenpeace et été signée par des passants qui ne veulent pas que leur canne de thon soit synonyme de morts de requins ou d’autres espèces à cause de méthodes de pêche non sélectives. Suite au lancement de la campagne de Greenpeace, plusieurs centaines de personnes ont écrit à M. Lischewski, PDG de Clover Leaf, pour lui demander de cesser de contribuer à l’épuisement des ressources marines. Mais dans sa lettre de réponse, celui-ci a tenté de minimiser les inquiétudes de ceux qui lui avaient écrit parce que nombre d’entre eux l’avaient fait par l’entremise du site de Greenpeace.

Greenpeace réitère donc ses demandes auprès de Clover Leaf :

Clover Leaf doit :

-         cesser de vendre pêché à la senne avec dispositifs de concentration de poissons ou pêché à la palangre

-         cesser de vendre du thon à nageoires jaunes (ou thon albacore)

-         appuyer les communautés côtières qui œuvrent à la préservation des stocks de thon et de la vie marine

-         refuse de s’approvisionner en thon pêché dans des zones proposées en réserves marines.