Suite à la demande du Grand Conseil et de cinq communautés cries visant la protection de la Vallée de la Broadback, Greenpeace presse la première ministre Pauline Marois et le ministre de l’Environnement Yves-François Blanchet d’intervenir rapidement en créant une grande aire protégée dans le secteur. Selon l’organisation, l’exploitation industrielle des ressources naturelles n’a plus sa place dans la Vallée de la Broadback et Québec doit respecter les visées des Cris et intervenir avant qu’il ne soit trop tard.

Les négociations ont assez duré et les enjeux culturels et environnementaux sont maintenant bien définis : la Vallée de la Broadback doit être protégée. Greenpeace appui sans condition les demandes des Cris et presse le gouvernement du Parti Québécois à éviter toute allocation de bois ou tout nouveau titre minier dans la Broadback.

Hier, le Grand Conseil des Cris et les communautés du bassin versant de la rivière Broadback (Waskaganish, Nemaska, Waswanipi, Ouje-Bougoumou et Mistissini) ont appelé Québec à protéger plus de 13 000 km2 de forêt intacte et à imposer une gestion durable des ressources sur un autre 11 000 km2 de territoire ancestral. Depuis plus de quatre ans, Greenpeace fait campagne en appui avec les Cris pour la sauvegarde de la Vallée de la Broadback. La demande sans équivoque du Grand Conseil des Cris dans ce dossier doit maintenant se concrétiser par des gestes rapides de la part du gouvernement Marois.

Les menaces qui pèsent sur ce territoire si cher aux Cris et la forte présence de forêts vierges, habitat de prédilection du caribou forestier qui est en déclin partout au pays, font de la Vallée de la Broadback le secteur le plus urgent à protéger au Québec.

La table est mise pour une annonce de grande envergure, respectant les visées des Cris, qui laissera la marque du Parti Québécois en forêt boréale pour les générations à venir. Il ne manque maintenant que le leadership de Mme Marois » a conclu M. Mainville. Nous faisons appel à tous les Québécois pour appuyer les Cris et assurer que cette forêt exceptionnelle soit protégée à tout jamais.

Greenpeace met à la disposition des citoyens une pétition adressée à Mme Marois demandant la sauvegarde de la Vallée de la Broadback au www.greenpeace.ca/sauvonslabroadback