Nous apprenons aujourd’hui que la Royal Dutch Shell a pris la décision d’annuler tous ses plans de forage arctique au large de l’Alaska pour l’année 2013.

Bien qu’elle ne signifie pas l’annulation définitive des forages en région polaire, nous saluons malgré tout cette décision.

En fait, Shell vient de prendre sa première bonne décision pour l’Arctique : partir!

Après une série d’accidents et de fiascos qui aurait pu couter cher à l’environnement, Shell se décide enfin à voir la vérité en face : la compagnie n’est pas prête à aller forer dans cette région au climat extrême, et ne le sera probablement jamais à l’instar de ses consoeurs Gazprom, BP ou Exxon. Le dernier accident en date, la dérive incontrôlée de sa plateforme Kulluk, est une preuve irréfutable que les forages arctiques sont trop risqués. 

Alors que le président Obama avait donné leur chance aux forages arctiques, il semble maintenant remettre ce choix en question. Comment pourrait-il en être autrement après son discours sur l’état de l’Union où il a fortement appuyé sur sa volonté d’agir pour sauver le climat?

Le gouvernement fédéral doit stopper les forages en Arctique avant qu’un accident ne se produise en eaux canadiennes. L’incapacité de Shell à forer de façon sécuritaire en Arctique est un signal on ne peut plus clair adressé à ceux qui souhaitent forer au Canada.

Mais aujourd’hui, nous pouvons nous réjouir. L’annonce de Shell vient de donner raison aux millions de personnes à travers le monde qui exigent le retrait des pétrolières des régions polaires. Maintenant Harper et Obama doivent nous écouter et interdire les forages en Arctique définitivement.

Sauvons l’Arctique!

Écrivez à Barack Obama pour qu'il stoppe les forages en Arctique et qu'il suspende les permis de Shell.