PSPStephen Harper, George Bush et le président mexicain Felipe Calderon doivent se rencontrer à Montebello au Québec du 18 au 22 août prochain. Ils mettront au point le Partenariat pour la sécurité et la prospérité qui est l'étape suivante après l'ALÉNA (accord de libre-échange nord-américain). Le Canada et le Mexique vont devoir « harmoniser » leur politiques sur celles des États-Unis d'une manière encore plus serrée. C'est notamment le cas dans les OGM où l'objectif admis est « d'augmenter la coopération dans le développement de politiques réglementaires concernant les secteurs de la biotechnologie agricole au Canada, au Mexique et aux États-Unis par l'entremise du North American Biotechnology Initiative (NABI) [créé en 2002] pour facilité le commerce agricole » [Voir site officiel]. Comme on sait que les États-Unis poussent à fond les OGM, on peut anticiper que les États-Unis forceront leurs politiques pro-OGM encore plus sur le Canada et le Mexique. Par exemple, on pourrait imaginer que « l'harmonisation » proposée pourrait signifier que tout OGM approuvé aux États-Unis serait approuvé automatiquement au Canada et au Mexique.

Le mot « sécurité » dans ce projet de Partenariat pour la sécurité et la prospérité, ne fait pas référence bien entendu au Protocole des Nations-Unies de biosécurité (que ni les États-Unis, ni le Canada n'ont ratifié). Bref la guerre des États-Unis contre la biosécurité continue et risque de s'étendre au continent. Pour ceux qui pensent encore que le Québec est distinct sur ce sujet, allez voir comment le Québec s'aligne sur les politiques pro-OGM d'Ottawa.