• Sur les terres de l'Arctique, le désastre est déjà en cours

    Ajout de blogue par Arnaud Collignon - 12 juillet, 2012 à 10:13 Ajouter un commentaire

    L'océan arctique dont les glaces disparaissent à cause du réchauffement climatique voit arriver les compagnies pétrolières assoiffées par ces ressources en pétrole jusque là inaccessibles et donc encore inexploitées. La fonte des glaces permet d'installer des plates-formes pétrolières là où il n'y avait que la banquise...

    Dans cette mer gelée extrêmement fragile et aux conditions difficiles, rendant le risque d'une marée noire quasi inévitable, les géants du pétrole font leurs premiers pas comme un nouveau-né maladroit dans un magasin de cristal... Cet été, pour la première fois, la grande compagnie mondiale Shell a entamé une campagne de prospection en mer pour y trouver du pétrole.

    Pour protéger l’Arctique, rejoignez-nous !
     

    Sur terre comme sur mer ?
    Les compagnies pétrolières sont déjà actives depuis des années sur terre dans les régions polaires.
    C'est le cas notamment en Sibérie dans la République de Komi. Large plaine coupée par la chaîne de l'Oural, recouverte de forêts et peuplée de population indigène vivant de la pêche et de la culture de leurs rennes. Ce territoire s'étend sur une surface équivalente à la France et peuplée par environ un million d’habitants. Hélas, aujourd’hui, les torchères ont remplacé les arbres et les nappes huileuses ont tué les poissons.


    La catastrophe environnementale en cours dans la République de Komi éclaire d'une lumière violente la place donnée à l'environnement par des compagnies comme Rossneft ou Gazprom, actives dans cette région. Or, ces entreprises disposent également de plans de forage pétrolier et sont déjà actives au large des côtes nord sibériennes.

    Nos collègues de Greenpeace Russie travaillent depuis des années avec les Komis dans la dénonciation de ce crime oublié. Aujourd'hui, ce combat est un exemple supplémentaire de cette course effrénée au pétrole de l’Arctique.

    Greenpeace et la campagne Save the Arctic pour sauver l'Arctique d'une catastrophe environnementale.

    Comme le dit si justement Jon Burgwal de Greenpeace à la fin de ce reportage : « Il est sans doute trop tard pour la République de Komi, mais il n'est pas trop tard pour sauver le reste de l'Arctique.... ».

Aucun commentaire n'est trouvé Ajouter un commentaire

Publier un commentaire 

Pour publier un commentaire, vous devez être connecté