Vous avez réussi.

Pendant plus de six mois, nous avons été nombreux à faire pression sur Shell pour que le géant pétrolier n’entre pas en Arctique. Ce matin, ses dirigeants ont annoncé qu’ils laissaient tomber tous les plans de forage pour cette année. C’est une victoire remarquable pour le pouvoir citoyen.

Nous avons commencé il y a six mois en Nouvelle-Zélande, quand Lucy Lawless a escaladé et occupé la plateforme de forage Noble Discoverer de Shell, au moment où cette énorme structure commençait un long voyage vers l’Arctique. Lucy l’a dit elle-même : « six activistes sont montés, mais 133 000 sont descendus. »

Ce n’était que le début.

Au fur et à mesure que des milliers d’entre vous dénonçaient haut et fort l’absurdité d’aller forer dans l’Arctique, d’autres se sont joints au mouvement.

Quand Penelope Cruz, Sir Paul McCartney et One Direction ont exprimé leur appui à notre campagne pour sauver l’Arctique, il est devenu évident que le mouvement n’allait cesser de croître.

Aujourd’hui, nous avons franchi avec succès une étape importante.

L’une des plus grandes pétrolières au monde devait déclencher une nouvelle ruée vers l’or noir. Mais il y a à peine quelques heures, ils ont jeté l’éponge.

Sous le regard des deux millions de signataires de la pétition pour sauver l’Arctique, les dirigeants de Shell se savaient déjà imputables de la moindre erreur. Aujourd’hui, ils en ont avoué une autre. Une structure spécialement conçue pour nettoyer les éventuels déversements de pétrole a été sérieusement endommagée. Cela sonne le glas de leurs projets pour 2012.

L’importance de cette nouvelle ne saurait être sous-estimée. Après que cinq milliards de dollars ont été jetés dans ce projet voué à l’échec, d’autres géants pétroliers se questionnent sur la logique et la pertinence des forages dans l’Arctique. Il y a quelques jours, la compagnie norvégienne Statoil disait qu’elle allait attendre les résultats obtenus par Shell avant de s’aventurer dans ce coin du monde.

Aujourd’hui, nous avons tous compris : les déboires de Shell dans l’Arctique constituent un risque et un gaspillage incommensurables.

Alors, merci aux milliers de bénévoles autour du monde, dans les rues, dans les stations de service, dans les universités, dans les bureaux, partout où ils ont montré l’ampleur et la force de notre mouvement.

Ceci est une percée majeure dans notre campagne, mais nous ne devons pas baisser les bras. Nous devons nous assurer que les géants pétroliers ne s’installeront jamais en Arctique.