Dame Vivienne Westwood en compagnie de la Canadienne Hilary Tam et Aishah Morshed, de l'Association Mondiale des Guides et des Éclaireuses

Ça y est, le concours «Un drapeau pour l'avenir» a sa gagnante!

Le jury composé - entre autres - d’artistes canadiens des Premières Nations et de la célèbre créatrice de mode britannique Vivienne Westwood a choisi un drapeau symbolisant l’Arctique, parmi tous ceux soumis dans le cadre d’un grand concours international organisé par Greenpeace et l’Association mondiale des Guides et des Éclaireuses (AMGE).

Ce concours a inspiré des jeunes en provenance de 54 pays, qui ont dessiné de multiples versions du drapeau au nom de millions d’individus déterminés à protéger l’Arctique. Le vaste océan Arctique et son écosystème fragile sont en effet menacés par la surpêche et les forages pétroliers.

Le drapeau gagnant est l’œuvre de Sarah Bartrisyia, une Guide originaire de Malaisie âgée de 13 ans. Son dessin représente sept colombes colorées et une fleur blanche surnommée «Étoile de l’Arctique». Selon la jeune artiste, les sept colombes symbolisent les sept continents, unis dans une couronne pour mieux protéger l’Arctique.

Ce drapeau vainqueur sera reproduit en titane et planté sur le fond de l’océan Arctique, à la hauteur du pôle Nord, dans une capsule temporelle contenant les noms de tous les signataires de la pétition «Sauvons l’Arctique» de Greenpeace.

« La créativité de ces jeunes est l’un des outils les plus puissants dont nous disposons pour bâtir un monde meilleur. Le drapeau que nous avons sélectionné est un emblème de paix, d’espoir et d’appartenance à une communauté globale. Je suis extrêmement fière qu’il prenne le chemin du pôle Nord », affirme Dame Westwood.

Le jury, qui incluait les artistes autochtones du Nord canadien Raquel Nuttall et John Rombough, de même que la présentatrice de télévision sino-canadienne Hilary Tam, a commencé à examiner les drapeaux à la fermeture du concours le 27 février.

Kari Reller, de Thornhill en Ontario, a soumis l’un des drapeaux qui se sont retrouvés en finale : « Ça me fait plaisir d’avoir participé à un évènement qui porte sur une question aussi importante que l’Arctique. Notre monde renferme tant de beautés naturelles, c’est en travaillant ensemble que nous pourrons préserver celles qui se trouvent dans le Grand Nord. »

« J’ai accepté d’être juge dans cette compétition parce que l’Arctique est un enjeu plus important que ma seule personne. Il représente mon peuple et ma culture », affirme la sculpteure innue Raquel Nutall.

L’Arctique est l’un des derniers endroits vierges de la planète. Quatre millions de personnes et une faune unique vivent tout de même le long de ses berges. Greenpeace continuera de travailler avec l’AMGE et d’autres organisations jeunesse similaires afin de sensibiliser le public à sa protection.