Biocarburants : des solutions écologiques ? Un débat intense se déroule en Grande-Bretagne notamment dans les pages du Guardian ou du Monde. Voir en particulier l'article de George Monbiot, ou celui de Dominic Murphy. Il existe un nouveau groupe de vigilence sur les biocarburants (en anglais et basé en Grande-Bretagne). Voir aussi mes commentaires sur Harper et les biocarburants et sur certains des liens entre maïs OGM et maïs-éthanol. Bref, la liste des opposants à l'éthanol s'allonge même aux État-Unis. [Aussi : Alternatives] Le maïs-éthanol n'est-il pas une bonne solution pour combattre les changements climatiques au Canada ? Voici ce que conclut une étude faite par la bibliothèque du parlement canadien. « À l'heure actuelle, le remplacement de 5 p. 100 du carburant par des biocarburants aurait un effet relativement faible sur la réduction des émissions nationales de GES. En effet, si 10 p. 100 du carburant consommé était de l'éthanol produit à partir de maïs (autrement dit si le mélange E-10 était utilisé par tous les véhicules), les émissions nationales de GES seraient réduites d'environ 1 p. 100 ».

Le maïs-éthanol est une diversion de relations publiques pour camoufler l'échec cuisant des OGM sur les marchés internationaux et les subventionnants massivement.

If we want to save the planet, we need a five-year freeze on biofuels
March 27, 2007

By George Monbiot. Published in the Guardian It used to be a matter of good intentions gone awry. Now it is plain fraud. The governments using biofuel to tackle global warming know that it causes more harm than good. But they plough on regardless.

In theory, fuels made from plants can reduce the amount of carbon dioxide emitted by cars and trucks. Plants absorb carbon as they grow - it is released again when the fuel is burnt. By encouraging oil companies to switch from fossil plants to living ones, governments on both sides of the Atlantic claim to be "decarbonising" our transport networks.

In the budget last week, Gordon Brown announced that he would extend the tax rebate for biofuels until 2010. From next year all suppliers in the UK will have to ensure that 2.5% of the fuel they sell is made from plants - if not, they must pay a penalty of 15p a litre. The obligation rises to 5% in 2010(1). By 2050, the government hopes that 33% of our fuel will come from crops(2). Last month George Bush announced that he would quintuple the US target for biofuels(3): by 2017 they should be supplying 24% of the nation's transport fuel(4).

So what's wrong with these programmes? Only that they are a formula for environmental and humanitarian disaster. In 2004 this column warned that biofuels would set up a competition for food between cars and people. The people would necessarily lose: those who can afford to drive are, by definition, richer than those who are in danger of starvation. It would also lead to the destruction of rainforests and other important habitats(5). I received more abuse than I've had for any other column, except when I attacked the 9/11 conspiracists. I was told my claims were ridiculous, laughable, impossible. Well in one respect I was wrong. I thought these effects wouldn't materialise for many years. They are happening already.

Since the beginning of last year, the price of maize has doubled(6). The price of wheat has also reached a 10-year high, while global stockpiles of both grains have reached 25-year lows(7). Already there have been food riots in Mexico and reports that the poor are feeling the strain all over the world. The US department of agriculture warns that "if we have a drought or a very poor harvest, we could see the sort of volatility we saw in the 1970s, and if it does not happen this year, we are also forecasting lower stockpiles next year."(8) According to the UN Food and Agriculture Organisation, the main reason is the demand for ethanol: the alcohol used for motor fuel, which can be made from both maize and wheat(9).

Farmers will respond to better prices by planting more, but it is not clear that they can overtake the booming demand for biofuel. Even if they do, they will catch up only by ploughing virgin habitat.

Already we know that biofuel is worse for the planet than petroleum. The UN has just published a report suggesting that 98% of the natural rainforest in Indonesia will be degraded or gone by 2022(10). Just five years ago, the same agencies predicted that this wouldn't happen until 2032. But they reckoned without the planting of palm oil to turn into biodiesel for the European market. This is now the main cause of deforestation there and it is likely soon to become responsible for the extinction of the orang utan in the wild. But it gets worse. As the forests are burnt, both the trees and the peat they sit on are turned into carbon dioxide. A report by the Dutch consultancy Delft Hydraulics shows that every tonne of palm oil results in 33 tonnes of carbon dioxide emissions, or ten times as much as petroleum produces(11). I feel I need to say that again. Biodiesel from palm oil causes TEN TIMES as much climate change as ordinary diesel.

There are similar impacts all over the world. Sugarcane producers are moving into rare scrubland habitats (the cerrado) in Brazil and soya farmers are ripping up the Amazon rainforests. As President Bush has just signed a biofuel agreement with President Lula, it's likely to become a lot worse. Indigenous people in South America, Asia and Africa are starting to complain about incursions onto their land by fuel planters. A petition launched by a group called biofuelwatch, begging western governments to stop, has been signed by campaigners from 250 groups(12).

The British government is well aware that there's a problem. On his blog last year the environment secretary David Miliband noted that palm oil plantations "are destroying 0.7% of the Malaysian rain forest each year, reducing a vital natural resource (and in the process, destroying the natural habitat of the orang-utan). It is all connected."(13) Unlike government policy.

The reason governments are so enthusiastic about biofuels is that they don't upset drivers. They appear to reduce the amount of carbon from our cars, without requiring new taxes. It's an illusion sustained by the fact that only the emissions produced at home count towards our national total. The forest clearance in Malaysia doesn't increase our official impact by a gram. In February the European Commission was faced with a straight choice between fuel efficiency and biofuels. It had intended to tell car companies that the average carbon emission from new cars in 2012 would be 120 grams per kilometre. After heavy lobbying by Angela Merkel on behalf of her car manufacturers, it caved in and raised the limit to 130 grams. It announced that it would make up the shortfall by increasing the contribution from biofuel(14).

The British government says it "will require transport fuel suppliers to report on the carbon saving and sustainability of the biofuels they supply."(15) But it will not require them to do anything. It can't: its consultants have already shown that if it tries to impose wider environmental standards on biofuels, it will fall foul of world trade rules(16). And even "sustainable" biofuels merely occupy the space that other crops now fill, displacing them into new habitats. It promises that one day there will be a "second generation" of biofuels, made from straw or grass or wood. But there are still major technical obstacles(17). By the time the new fuels are ready, the damage will have been done.

We need a moratorium on all targets and incentives for biofuels, until a second generation of fuels can be produced for less than it costs to make fuel from palm oil or sugarcane. Even then, the targets should be set low and increased only cautiously. I suggest a five-year freeze. This would require a huge campaign, tougher than the one which helped to win a five-year freeze on growing genetically modified crops in the UK. That was important - GM crops give big companies unprecedented control over the foodchain. But most of their effects are indirect, while the devastation caused by biofuel is immediate and already visible.

This is why it will be harder to stop: encouraged by government policy, vast investments are now being made by farmers and chemical companies. Stopping them requires one heck of a battle. But it has to be fought.

You can join the campaign at www.biofuelwatch.org.uk.

www.monbiot.com

References:

1. HM Treasury, March 2007. Budget 2007, Chapter 7.

2. Department for Transport, 21st December 2005. Renewable Transport Fuel Obligation (RTFO) feasibility report. Executive Summary.

http://www.dft.gov.uk/pgr/roads/environment/rtfo/secrtfoprogdocs/renewabletr ansportfuelobliga3849?page=1

3. George W. Bush. 23rd January 2007. State of the Union Address. http://www.whitehouse.gov/news/releases/2007/01/20070123-2.html

4. The US Energy Information Administration gives US gasoline consumption for October 2006 (the latest available date) at 287,857,000 barrels. If this month is typical, annual consumption amounts to 3.45 billion barrels, or 145 billion gallons. http://tonto.eia.doe.gov/dnav/pet/pet_cons_psup_dc_nus_mbbl_m.htm

In the state of the union address, Bush proposed a mandatory annual target of 35 billion gallons.

5. George Monbiot, 23rd November 2004. Feeding Cars, Not People. The Guardian. http://www.monbiot.com/archives/2004/11/23/feeding-cars-not-people/

6. Nils Blythe, 23rd March 2007. Biofuel demand makes food expensive. BBC Online. http://news.bbc.co.uk/1/low/business/6481029.stm

7. Eoin Callan and Kevin Morrison, 5th March 2007. Food prices to rise as biofuel demand keeps grains costly. Financial Times.

8. Keith Collins, chief economist, US Department of Agriculture. Quoted by Eoin Callan and Kevin Morrison, 5th March 2007, ibid.

9. Food and Agriculture Organisation, December 2006. Food Outlook 2. http://www.fao.org/docrep/009/j8126e/j8126e01a.htm

10. UNEP and UNESCO, February 2007. The Last Stand of the Orangutan. State of Emergency: Illegal Logging, Fire and Palm Oil in Indonesia's National Parks. http://www.unep-wcmc.org/resources/PDFs/LastStand/full_orangutanreport.pdf

11. Wetlands International, 8th December 2006. Bio-fuel less sustainable than realised http://www.wetlands.org/news.aspx?ID=804eddfb-4492-4749-85a9-5db67c2f1bb8

12. http://www.biofuelwatch.org.uk/resources.php#2007Jan31

13. David Miliband, 14th July 2006. Malaysian Diary.

http://www.davidmiliband.defra.gov.uk/blogs/ministerial_blog/archive/2006/07 /14/1497.aspx

14. Commission Of The European Communities, 7th February 2007. Results of the review of the Community Strategy to reduce CO2 emissions from passenger cars and light-commercial vehicles. COM 19 final. http://ec.europa.eu/environment/co2/pdf/com_2007_19_en.pdf

15. HM Treasury, ibid.

16. E4Tech, ECCM and Imperial College, London, June 2005. Feasibility Study on Certification for a Renewable Transport Fuel Obligation. Final Report.

17. Robert F. Service, et al, 16th March 2007. Cellulosic Ethanol: Biofuel Researchers.

*********

http://www.lepoint.fr/content/businessweek/article.html?id=174828

La liste des opposants à l'éthanol augmente

21/03/2007 par Moira Herbst - vǬ© BusinessWeek dans Le Point

Comme la demande en carburants alternatifs pousse à la hausse les prix du maïs, des groupes de pression s'unissent dans l'espoir de faire diminuer le soutien du gouvernement.
Paul Hitch a passé toute sa vie à élever du bétail et des cochons dans une zone de l'Oklahoma où tout est "plat comme une table de billard". Son arrière-grand-père a lancé le ranch en 1884, avant que l'Oklahoma ne soit un État, et maintenant Hitch, à soixante-trois ans, prépare la succession de l'entreprise familiale pour ses deux enfants.
Mais il s'inquiète de leur avenir en raison de pressions croissantes sur le secteur bovin. Celles-ci sont dues à la hausse des prix du maïs, principale nourriture du bétail du ranch. L'année dernière, les prix du maïs ont doublé, à la suite de l'augmentation de la demande provenant des producteurs d'éthanol.
"Ce boom de l'éthanol est démentiel", déclare Hitch, président de l'Association nationale des éleveurs de bétail (NCBA). "Les déclarations sur l'indépendance énergétique, en se drapant dans le drapeau et en chantant God bless America, cela devient coûteux pour d'autres segments de l'économie."
Le "mouvement éthanol" fait naître de nombreuses critiques, au moment où les politiciens, dont le président George W. Bush, et les agriculteurs du Midwest espèrent que les USA pourront obtenir une indépendance énergétique en transformant le grain en carburant. Hitch et un regroupement inattendu d'alliés haussent le ton et s'y opposent. Cette révolte unit les "ranchers" et les écologistes, les éleveurs de cochons et les hippies, les idéalistes de l'énergie solaire et les pragmatistes du marché libre. (cf. BW Online, 02/02/07, " Ethanol: Too Much Hypev¢‚Ǩ‚Äùand Corn").
Ils ont différentes raisons de s'opposer à l'éthanol. Cependant un point commun les unit : ils dénoncent la focalisation trop hâtive sur l'éthanol de maïs et l'implication active du gouvernement - par le biais de subventions aux raffineurs d'éthanol et de taxes élevées pour écarter d'autres carburants alternatifs comme l'éthanol fabriqué à partir du sucre, ce qui devrait provoquer un chaos dans d'autres secteurs de l'économie.
"Le gouvernement pense qu'il peut désigner un gagnant, mais il devrait permettre aux consommateurs de trouver le leur ", déclare Demian Moore, analyste pour Taxpayers for Common Sense." Nul n'a prouvé que l'éthanol de blé soit un carburant alternatif fiable qui peut exister sans d'énormes subventions."
Beaucoup à Washington soutiennent l'option de l'éthanol. Outre Bush, qui a appelé à stimuler fortement la production lors de son discours sur l'État de l'Union (cf. BusinessWeek.com, 01/04/07, "Salesman In Chief"), Hillary Clinton, sénateur de New York et candidate aux présidentielles, a changé de position et encourage aujourd'hui le choix de l'éthanol subventionné.
Barack Obama, autre candidat démocrate aux présidentielles, fait aussi partie des orateurs favorables à l'éthanol. Même John McCain, un critique connu depuis des années, reconsidère son opposition : il brigue une nomination par le Parti républicain pour la course présidentielle. Archer Daniels Midland (ADM), géant de l'agrobusiness et plus gros producteur d'éthanol, est une formidable force de pression au Capitole, car il a fourni des millions de dollars en contributions politiques durant les trois dernières décennies. Récoltes abondantes
Si l'influence des ennemis de l'éthanol n'est pas actuellement importante, leur cohésion et leur pouvoir se développent. Durant deux jours, au début du mois de mars, la NCBA, le Conseil national du poulet, la Fédération nationale de la dinde et le Conseil national des producteurs de porcs ont témoigné devant le Congrès de leurs réserves sur les subventions pour l'éthanol de maïs.
Des économistes de gauche comme Paul Krugman, de l'Université de Princeton, rejoignent les tenants du marché libre de l'Institut Cato, en soulignant les répercussions économiques négatives de l'éthanol. Les groupes écologiques s'inquiètent, eux, de ce que la production agressive de maïs peut avoir des conséquences désastreuses sur l'environnement. L'utilisation intensive de pesticides, de fertilisants et de machines agricoles à carburants fossiles est néfaste. "C'est une grosse inquiétude", déclare Doug Koplow, qui analyse la politique énergétique pour Erth Track, un cabinet-conseil de Boston.
Les groupes d'opposition n'ont pas travaillé ensemble avant cette année, mais Hitch déclare que la NCBA commence à tendre la main à d'autres groupes dans le dessein de coordonner lobbying et autres activités. Le 16 mars, les représentants des ranchers, des éleveurs de volaille, des transformateurs de porcs et des producteurs laitiers ont tenu une conférence commune dans le dessein de discuter des stratégies adéquates pour aborder le problème de l'éthanol. Ils sont convenus de former un groupe spécifique, non encore publiquement annoncé, afin de lancer un site Web d'information. Ils travailleront aussi sur l'inclusion de mesures visant à éliminer les subventions domestiques pour l'éthanol et la taxation de l'éthanol brésilien dans la loi agricole de cette année.
Les ranchers et autres opposants ont déclaré être déterminés à faire changer la politique gouvernementale, quel que soit le temps nécessaire. "Cette histoire d'éthanol rend tout le monde à moitié fou", déclare Hitch. "Quant à présenter un mouvement unifié pour affronter le problème, nous y parviendrons." La rapide croissance de l'éthanol ne date que de deux ans, elle a été observée depuis la loi Energy Policy Act de 2005. Cette loi impose que la consommation nationale annuelle d'essence provenant d'énergies renouvelables soit de 7,5 milliards de gallons (28,38 milliards de litres) - soit 5 % du total général - d'ici 2012.
Lors du discours annuel sur l'État de l'Union, Bush a proposé de quintupler ce chiffre. La mesure s'ajoute aux 38 centimes d'euro (51 centimes de dollar) versés par gallon (3,8 litres) depuis 1978. Le résultat a été une vague de construction d'usines d'éthanol : 113 distilleries d'éthanol opèrent actuellement, et 78 supplémentaires sont en cours de construction. La demande en maïs est remontée au niveau de l'année dernière, l'éthanol a accaparé un cinquième des livraisons nationales. (cf. BusinessWeek.com, 02/05/07, "Food vs. Fuel").
Des pertes en bétail Plus de blé pour les producteurs d'éthanol, cela signifie bien sûr moins de nourriture pour le bétail. Les ranchers des grands espaces de l'Ouest et les éleveurs de porcs des zones rurales du Sud et du Middle West trouvent que leur activité est affectée par la politique de Washington.
Hitch déclare que le poste nourriture, principalement à partir de maïs, est sa plus grosse dépense. Étant donné que les coûts du maïs ont doublé, les emballeurs et fabricants de viande comme Tyson Foods (TSN) et Smithfield Foods (SFD) doivent dépenser davantage pour les animaux qu'ils achètent. "L'approche et le rythme actuels comportent beaucoup de risques pour les traditionnels utilisateurs de nourriture en grains", a déclaré au début de ce mois Matthew Herman, un dirigeant de Tyson Foods, à un sous-comité de la Chambre. "Sans protection adéquate contre les conséquences involontaires, l'avenir de l'agriculture animale américaine est mis en danger."
Terre, vent et carburant Les économistes déclarent que la fabrication d'éthanol à partir de maïs n'aurait aucun sens sans aide gouvernementale. Le mélange des subventions fédérales et locales pour l'éthanol maïs a été estimé entre 3,6 milliards à 5,3 milliards d'euros en 2006, déclare Koplow d'Earth Track. Une partie considérable de cet argent provient du versement des 38 centimes d'euro par gallon d'éthanol que les raffineurs mélangent au gazole pour obtenir des carburants destinés aux voitures à carburants multiples.
En même temps, le gouvernement impose une taxe de 40 centimes d'euros sur l'éthanol brésilien, meilleur marché et énergétiquement plus efficace, puisqu'à base de sucre de canne. Certains économistes déclarent que des politiciens américains brident une politique énergétique intelligente en échange de soutiens politiques dans des Etats clefs comme l'Iowa.
"Quelle est cette idée que l'éthanol brésilien est un "sale" carburant étranger ?" déclare Jerry Taylor, qui travaille pour le très libéral Institut Cato. "Le gouvernement devrait rester en dehors des marchés de l'énergie et laisser les meilleurs carburants gagner."
Si le gouvernement doit jouer un rôle sur les marchés de l'énergie, d'autres acteurs aimeraient qu'on leur accorde plus d'attention. Les défenseurs de l'énergie éolienne et solaire déclarent que si l'État distribue des subventions et oblige à les utiliser, au nom de l'indépendance énergétique, ils doivent obtenir le même type de faveurs que celles qui sont destinées à l'éthanol.
"Pourquoi soutenons-nous l'éthanol avec une loi, mais pas l'énergie solaire ou éolienne ?", déclare Randy Swisher, directeur exécutif de l'Association américaine de l'énergie éolienne. "Il y a un manque de cohérence politique." La rentabilité de certains des carburants alternatifs est peut-être bien plus intéressante. Les avocats des véhicules hybrides électriques, incluant les producteurs solaires et éoliens, ainsi que les sociétés de distribution d'énergie déclarent qu'ils peuvent produire l'équivalent électrique d'un gallon (3,87 litres) de gaz pour moins de 0,75 euro, soit un coût de moitié moindre que celui des carburants à base d'éthanol.
"Les subventions fournies dans ce pays pour l'éthanol pourraient être utilisées pour faciliter le passage aux véhicules hybrides électriques, permettant de réduire ainsi la dépendance pétrolière", déclare Jigar Shah, directeur de SunEdison, une société d'énergie solaire.
Une pose de première pierre Les producteurs d'éthanol déclarent offrir des carburants alternatifs viables aux traditionnels carburants fossiles, et, progressivement, de plus en plus abordables. "Nous produisons un carburant domestique renouvelable et propre qui se justifie à part entière en matière de prix et de valeur", déclare Gordon Oman, directeur de l'américain Bio Energy (USBE), le deuxième plus gros producteur d'éthanol de maïs après Archer Daniel Midland et qui vient de dépasser Vera Sun Energy (VSE).
Bio Energy posait cérémonieusement la première pierre d'une usine d'éthanol à Dyersville, dans l'Iowa, le 16 mars. Avec trois usines de production et cinq en cours de construction, BioEnergy a une capacité actuelle de 300 millions de gallons (1,136 milliard de litres) par an.
Un des conseillers de Bush en matière d'énergie alternative, Andy Karsner, prévoit que le mouvement d'opposition à l'éthanol va diminuer. Karsner déclare que parallèlement aux aides gouvernementales affectées à l'éthanol de maïs, d'ici à 2012 des technologies permettront de fabriquer de l'éthanol à partir de déchets, de fourrage, et d'autres produits non alimentaires. Cet éthanol, appelé "cellulosique", apaisera les esprits en diminuant la demande en maïs. "L'éthanol de maïs est le précurseur nécessaire à un éventail plus large de carburants alternatifs et d'éthanols en général", déclare Karsner, dont le titre officiel est "secrétaire assistant du Département d'énergie du Bureau de l'efficacité énergétique & énergies renouvelables" (cf. BusinessWeek.com, 03/02/07, "The Point Man for Bushv¢‚Ǩ‚Ñ¢s Green Push").
Pour l'instant, les ranchers comme Hitch sont inquiets du manque de réflexion stratégique sur les conséquences involontaires du boom de l'éthanol. Il craint que les USA ne développent une nouvelle dépendance, avec quelques sérieux effets secondaires.
"Ça devient une idée fixe, chacun doit se calmer, reprendre son souffle et regarder ce qui est réalisable", dit-il. "Actuellement, c'est une fuite en avant.