L’Arctique

Climat
+
énergie

Forêts

Océans

Campagnes

L’Arctique 

L’Arctique est en danger. À cause des changements climatiques, la fonte des glaces s’accélère et ouvre le chemin aux compagnies pétrolières et aux flottes de pêche assoiffées de profits qui voient dans cette catastrophe une opportunité d’affaires. La survie et la culture des peuples autochtones et de tous les habitants du Nord, ainsi que celle de la faune, sont inutilement mises en péril au nom d’une idée erronée de progrès et de croissance. Étant l’un de plus grands pays arctiques au monde, le Canada a la responsabilité de se distancier de tout projet ravageur de la nature, et de promouvoir un développement vraiment durable dans le Nord. La campagne Arctique de Greenpeace est un effort mondial pour interdire toute activité destructive dans l’océan Arctique. Ensemble, #SauvonslArctique !

Climat et énergie 

Les changements climatiques représentent une réelle menace pour l’humanité et l’équilibre des écosystèmes marins et terrestres. Pour cette raison, Greenpeace travaille partout à travers le monde à la promotion d’un avenir énergétique propre et équitable. Au Québec et au Canada, le potentiel des énergies renouvelables, comme le solaire ou l’éolien, est indéniable et fait partie des solutions que nous proposons pour entamer une [R]évolution Énergétique. En raison de la menace que les énergies fossiles et nucléaire font peser sur la sécurité et la santé des communautés, nous militons pour la fermeture des centrales nucléaires et pour l’arrêt de l’exploitation du pétrole des sables bitumineux, la source d’émissions de gaz à effet de serre qui a accusé le plus fort taux de croissance ces dernières années. Pour assurer au Québec et au Canada un avenir énergétique propre et durable, Greenpeace a développé un scénario de transition énergétique comportant des solutions qui doivent être rapidement mises en place afin d’éviter les conséquences associées au chaos climatique et nucléaire. Parce que les générations futures et toutes les communautés du monde ont droit à un avenir énergétique propre et équitable, il est temps de dire oui aux énergies propres.

Forêts

Avec la fragmentation et la dégradation d’une grande partie de nos forêts anciennes, il est plus urgent que jamais d’intensifier les efforts pour protéger ce qu’il en reste. Les forêts stabilisent le climat, assurent le maintien de la biodiversité, génèrent des emplois, et représentent les territoires traditionnels et font partie de l’identité culturelle des nombreuses communautés autochtones y vivant.

Greenpeace s’oppose au développement non durable et destructeur des forêts anciennes au Canada et dans le reste du monde. Nous travaillons en collaboration avec les Premières Nations et autres communautés autochtones; nous mettons les marchés mondiaux au défi; nous travaillons avec l’industrie; nous impliquons les consommateurs; et nous mettons la pression sur les gouvernements pour trouver des solutions durables de protection de la forêt boréale et maintenir le haut niveau de conservation atteint dans plusieurs forêts canadiennes, comme la forêt du Grand Ours et les grandes forêts vierges de la baie Clayoquot.

Océans

Les océans sont indispensables au maintien de la vie sur Terre, mais la science la plus récente nous met en garde : les océans pourraient subir les répercussions d’une prochaine phase d’extinction. Après les changements climatiques, la surpêche représente la plus grande menace qui pèse sur les océans. En seulement 50 ans, la pêche commerciale a décimé 90% des poissons prédateurs comme le thon, la morue et le requin. La demande mondiale croissante en poissons et fruits de mer, les pratiques de pêche destructrices, l’aquaculture et la surpêche surpassent les limites écologiques des eaux canadiennes et mondiales. Des mesures urgentes doivent être prises pour protéger la vie marine et permettre le rétablissement des stocks de poissons. Greenpeace travaille afin de diminuer la pression exercée par les pêcheries commerciales sur les océans et à la protection de 40 % des écosystèmes océaniques grâce à la création d’un vaste réseau de réserves marines.