Dans la cour

Page - 22 juin, 2009
Le moindre coin de verdure sur notre planète contribue à purifier l'air, à augmenter l'apport en oxygène, à prévenir l'érosion et à améliorer notre qualité de vie. Qu'il y ait à l'arrière de la maison une cour de quelques mètres carrés ou un boisé, le fait de préserver et de favoriser la diversité et de conserver les lieux libres de produits chimiques augmente notre qualité de vie et nous protège nous, ainsi que notre famille et nos animaux, contre toute toxine nocive.

LA PELOUSE

  • Régler les lames de la tondeuse à hauteur maximale. Le gazon doit avoir au moins six centimètres pour faciliter l'entretien, inhiber les plantes nuisibles, améliorer la résistance aux maladies et limiter les interventions. Cela protège également les racines contre le soleil et l'évaporation.
  • Garder les lames bien aiguisées. Des lames mal aiguisées arrachent le gazon et endommagent l'herbe, qui nécessite alors plus d'arrosage.
  • Retirer le sac à herbe de la tondeuse. Le soleil et la pluie se chargeront de décomposer le gazon coupé, procurant instantanément un engrais. On peut aussi l'ajouter au tas de compost.
  • Choisir des variétés bien adaptées et résistantes, notamment le faux seigle (Ryegrass) et le pâturin des prés (Bluegrass).
  • En période de sécheresse, ne pas gaspiller d'eau à arroser le gazon qui jaunit, car il redeviendra vert dès qu'il pleuvra normalement.
  • Au lieu du gazon, planter de préférence des fleurs, des arbres, des plantes couvre-sol et des légumes. Une pelouse n'est pas un écosystème naturel. Une seule espèce végétale plantée sur une grande superficie favorise la croissance de plantes nuisibles, d'insectes et d'autres plantes et animaux.

L'HORTICULTURE BIOLOGIQUE

En horticulture biologique, la première étape est la préparation du sol. Un terreau sain favorise la croissance de plantes saines, résistantes aux plantes et insectes nuisibles ainsi qu'aux maladies, sans qu'aucun traitement chimique ne soit nécessaire. Faire vérifier le terreau au début du printemps; la plupart des centres de jardinage vendent aussi des trousses d'essai à domicile, qui permettent de vérifier si le sol a des carences et si le gazon a besoin d'engrais.

Le compost, fait à partir de matières organiques décomposées, est le meilleur fertilisant que l'on puisse trouver. Il améliore la structure et la composition biologique du sol, lui procurant des micro-organismes utiles, une bonne humidité et des éléments fertilisants majeurs et secondaires.

Retourner la terre avec une pelle ou une bêche pour l'aérer. Cette opération est une étape importante pour améliorer les propriétés physiques du sol :

  • Aucune pierre ou motte de terre dure n'empêchera les racines de se développer en profondeur.
  • Le sol sera bien humidifié et aéré.
  • Le compost et les autres matières organiques seront bien mélangés au sol.
  • Les rhizophages, ou insectes nuisibles se nourrissant de racines de végétaux, seront éliminés.
  • Le compagnonnage des plantes est la pierre angulaire de l'horticulture biologique. De nombreuses espèces végétales éloignent les insectes, protégeant les espèces voisines qui sont vulnérables.
  • L'oeillet d'Inde éloigne certains insectes que la tomate et la pomme de terre attirent. Il serait bon d'en planter dans le jardin potager.
  • Alterner pomme de terre et chou rosette, afin de réduire les dommages causés par la puce terrestre
  • L'ail éloigne les larves de nombreux insectes nuisibles et voisine bien avec tous les végétaux, sauf l'oignon.
  • Comme l'oignon éloigne de nombreuses espèces d'insectes, il serait bon d'en planter ici et là dans le jardin.

Mais certains végétaux voisinent mal avec d'autres. Éviter de planter à proximité le brocoli et le chou-fleur, ainsi que d'autres espèces apparentées.

PETITS CONSEILS

  • Si la pelouse et le jardin ont absolument besoin d'eau, arroser le matin ou le soir pour empêcher l'évaporation. Un bon pouce (2,5 cm) d'eau par semaine vaut mieux que plusieurs petits arrosages.
  • Choisir des plantes indigènes - elles nécessitent beaucoup moins d'eau et d'entretien que les espèces importées.
  • Réduire les besoins en eau au moyen de plantes couvre-sol ou d'un paillis (qui élimine aussi les plantes nuisibles).
  • Au début de la saison, passer une soirée à enlever à la main les mauvaises herbes dans le gazon.
  • Mettre des récipients sous les gouttières pour recueillir l'eau de pluie. Utiliser ensuite cette eau pour arroser les plantes d'intérieur ou le jardin, ou encore pour laver la voiture.

Thèmes