600 personnes nues photographiées par Spencer Tunick pour dénoncer les changements climatiques

Actualité - 16 août, 2007
Pour dénoncer les changements climatiques qui provoquent la fonte des glaces alpines, près de 600 volontaires ont posé nus, samedi 17 août, devant l’œil du photographe américain Spencer Tunick au pied du d’Aletsch.

600 personnes nues photographiés par Spencer Tunick pour dénoncer les changements climatique.

Voir le reportage de la télévision suisse.

Durant les 150 dernières années, les glaciers alpins ont perdu près du tiers de leur surface et près de la moitié de leur masses, sous l'effet des changements climatiques. Le glacier suisse d'Aletsch, classé au patrimoine mondial de l'Unesco, a reculé de près de 115 mètres entre 2005 et 2006.

Connu pour ses photographies de foules nues dans des lieux publics, Spencer Tunick s'est associé à Greenpeace pour attirer l'attention du public sur la fonte des glaciers. La mise en scène au glacier d'Aletsch symbolise la vulnérabilité des glaciers en train de fondre. « Le réchauffement de la planète compromet déjà la vie de centaines de milliers d’humain un peu partout sur la planète » a déclaré Steven Guilbeault, directeur de Greenpeace. « Ces glaciers qui fondent fournissent de l'eau potable à des millions de personnes en Europe, en Asie, en Amérique Latine, que feront ces personnes lorsque que les glaciers auront complètement disparus? », a-t-il ajouté. « L’œuvre de Spencer Tunick doit nous mettre en garde : l’artiste nous montre à quel point l’avenir de l’homme est lié à celui de la planète et nous rappelle qu’il est urgent d’agir. »

Samedi 17 août, six cents hommes et femmes se sont dévêtus sous un ciel bleu et par une température fraîche. Spencer Tunick les a divisés en deux groupes pour des prises séparées au pied d'une spectaculaire coulée de glace, à une altitude de 2 300 mètres. Dans ses précédentes oeuvres, Spencer Tunick, qui décrit ses modèles comme des « sculptures vivantes », avait fait poser ceux-ci devant la Biennale à Lyon (2005), sur un pont à Cleveland (Ohio) ou dans une station de métro à New York (2003). Environ 18 000 personnes nues ont posé pour lui sur la place Zocalo de Mexico en mai dernier. « Mes photos doivent émouvoir le spectateur. Il doit se sentir touché dans son existence d'individu », affirme l'artiste.