Entente sur la forêt boréale : un rapport montre l’absence de résultat concret en forêt

Actualité - 16 mai, 2012
À l’aube du deuxième anniversaire de l’Entente sur la forêt boréale canadienne (EFBC), un nouveau rapport réalisé par Canopée, Forest Ethics et Greenpeace montre que l’accord historique n’a toujours pas livré ses promesses. Les trois signataires de l’EFBC signalent qu’après deux ans d’efforts, aucune aire protégée, aucun plan de sauvegarde du caribou forestier ni aucune amélioration des pratiques forestières sont mesurables sur le terrain.

Montagnes Blanches, Québec. Cette Vallée est l’une des dernières forêts intactes du Québec. Les coupes menées par l’industrie forestière y sont très actives.

 

« Rien n’a changé depuis la signature de cette entente il y a deux ans. Notre engagement envers la forêt boréale reste le même, mais malheureusement, les niveaux de protection de cette forêt restent aussi inchangés », a affirmé Todd Paglia, Directeur général de Forest Ethics. « Sans nouvelles aires protégées, la forêt boréale demeure menacée à ce jour. »

Lors de la signature de l’entente, 75 jalons portant sur 6 grands objectifs furent identifiés, tous avec des échéanciers précis. Jusqu’à maintenant, 58 jalons ne sont toujours pas achevés, seulement 10 furent remplis dans l’échéancier prévu et aucune protection de la forêt n’a découlé de cette entente.

« Il ne fait aucun doute que tous étaient de bonne foi lors de la signature de l’entente, mais ce rapport sonne l’alarme quant à l’urgence de livrer des résultats concrets en forêt, tant pour la conservation que pour l’amélioration des pratiques forestières », a rappelé Nicolas Mainville, responsable de la campagne Forêt de Greenpeace. « La demande des grands acheteurs pour l’accès à des produits provenant de forêts bien gérées et protégées adéquatement est tout à fait légitime. »

L’EFBC, annoncée en 2010, est une entente unique de conservation entre neuf grands groupes environnementaux et 18 compagnies forestières membres de l’Association des produits forestiers du Canada (APFC). L’accord repose sur la suspension temporaire des coupes forestières sur 28,5 millions d’hectares de forêt boréale et le gel des campagnes de boycottage menées par Canopée, Forest Ethics et Greenpeace. L’EFBC vise, dans les trois années après sa signature, la protection de grandes zones de forêt et la sauvegarde d’espèce menacée comme le caribou forestier tout en assurant une industrie forestière saine, des communautés prospères et le respect des droits et territoires ancestraux des Premières Nations.

« À cette étape, les résultats de l’Entente sont très décevants. Nous restons pleinement engagés dans la vision mise en place par l’EFBC et l’esprit de collaboration qui l’alimente, mais il est temps de mesurer notre succès avec de réels gains en forêt, dans les communautés forestières et sur les marchés », a conclu Nicole Rycroft, Directrice générale de Canopée. 

Télécharger le rapport