Greenpeace cible Clover Leaf dans une nouvelle campagne publicitaire

Actualité - 5 décembre, 2012
Greenpeace a lancé aujourd'hui une campagne publicitaire visant à dénoncer Clover Leaf, la compagnie qui commercialise la marque de thon en conserve la plus populaire au Canada. Greenpeace exige que Clover Leaf cesse de s'approvisionner auprès de pêcheries non durables, et qu'elle accepte d'aborder publiquement ce sujet.

La nouvelle boîte de thon Clover Leaf affichée dans nos publicités.

 

« Dans le passé, Clover Leaf a indiqué qu'elle souhaitait agir selon des critères scientifiques. Or, ses dirigeants n'ont pas su informer la population quant à leurs pratiques d'approvisionnement », a affirmé Charles Latimer, responsable de la campagne Océans de Greenpeace. « Clover Leaf doit cesser de tenir un faux discours environnemental et s'adapter aux nouvelles tendances du marché. Les océans de la planète sont à risque et nous devons agir dès maintenant pour les protéger. »

Ce matin, des militants de Greenpeace ont déployé des bannière près du siège social de Clover Leaf sur la rue Markham afin d'envoyer un message clair aux dirigeants de cette entreprise : « Clover Leaf, il est temps de discuter de la destruction qui se cache derrière votre étiquette. » En décembre, des publicités seront diffusées en ligne, dans les journaux et sur des panneaux extérieurs, de Vancouver à Halifax.

Les entreprises qui approvisionnent Clover Leaf pratiquent la pêche non sélective, une technique qui tue d’autres espèces marines que le seul thon qu'elles doivent commercialiser. Le requin, la raie, plusieurs autres types de poissons et la tortue, de même que certaines espèces menacées de thon, sont ainsi tués sans raison. Les palangres et les sennes coulissantes utilisant des dispositifs de concentration de poissons (DCP) sont les deux méthodes de pêche les plus préoccupantes.

« Clover Leaf sait qu'il existe des sources d'approvisionnement plus durables. L'inaction de cette compagnie est injustifiable », a ajouté Charles Latimer. « L'impact négatif de Clover Leaf sur les océans est immense. Si cette compagnie adhérait aux pratiques de pêche durable, son impact positif sur l'industrie serait tout aussi significatif. D'ici là, nous invitons les consommateurs à choisir des marques moins dommageables pour les océans. »

Dans le cadre de sa campagne mondiale visant à réformer l'industrie du thon, Greenpeace demande aux entreprises de transformation alimentaire de cesser de s'approvisionner auprès des compagnies qui utilisent les DCP.

Greenpeace préconise l'usage de méthodes plus durables comme la pêche à la canne et à la ligne, ou à la traîne, ainsi que la pêche à la senne ne faisant pas appel aux DCP. Plusieurs entreprises canadiennes ont d'ores et déjà modifié leurs pratiques d'approvisionnement et commencent à commercialiser des produits moins dommageables pour les océans.

Ce vendredi, à Toronto, les usagers du transport en commun verront des projections lumineuses s'adressant à Clover Leaf. Les photos de ces projections et les documents relatifs à cette campagne de publicité seront accessibles ici.

Passez à l’action:

Vous pouvez nous aider à faire connaître les techniques de pêche destructrices qui se cachent derrière l’étiquette Clover Leaf. Veuillez partager cette histoire sur Facebook et Twitter, et téléphonez à Ron Schindler, vice-président exécutif de Clover Leaf, pour lui demander de commercialiser un thon plus durable. Voici ses numéros : 1-905-474-0608 poste 7094, ou 1-877-893-9880.

Thèmes