Greenpeace escalade la Biosphère pour demander la libération définitive des « 30 de l’Arctique »

Actualité - 20 novembre, 2013
Greenpeace a suspendu une bannière très haut sur la Biosphère de Montréal tôt ce matin, pendant que Nicole Paul, la mère d'un des deux activistes canadiens détenus en Russie pour avoir manifesté contre le forage dans l'Arctique, les encourageait à partir du sol.

« Ces trois activistes m'inspirent par leur courage et leur appui pour mon fils », a dit Mme Paul, mère du Montréalais Alexandre Paul. « Je vois des gens qui passent pacifiquement à l'action, faisant la lumière sur l'injustice, tout comme Alexandre le faisait dans l'Arctique avant d'être illégalement arrêté ».

Les trois grimpeurs, Andreanne Lalonde, Philippe Dumont et David Major ont escaladé la Biosphère, le musée fédéral de l'environnement dont la structure est en forme de globe, pour déployer une bannière de 15 m x 10 m demandant à la Russie de libérer définitivement les « 30 de l’Arctique ». On pouvait y lire : « Libérez nos activistes - #FreetheArctic30 ».

Détenus depuis le 19 septembre et accusés faussement de piraterie et hooliganisme, 17 activistes se sont vus accorder la libération sous caution cette semaine, incluant le Canadien Paul Ruzycki de Port Colborne, Ontario. Les audiences se poursuivent cette semaine pour les autres activistes. Demain, Alexandre Paul saura si le tribunal de Primorskiy lui accorde la libération sous caution ou si sa détention avant-procès sera prolongée de trois mois comme cela a été le cas pour l’Australien Colin Russell lundi dernier.

« La libération sous caution ne veut pas dire qu’ils sont libres. Ce pourrait n’être qu’une accalmie avant la tempête », a déclaré Patrick Bonin, responsable de la campagne Arctique de Greenpeace Canada. « Tant que les accusations de piraterie et hooliganisme ne seront pas retirées, les 30 de l’Arctique risqueront de passer de longues années en prison pour un crime qu’ils n’ont pas commis ».

Vendredi, le Tribunal international du droit de la mer, organisme international basé à Hambourg et chargé de régler les disputes en lien avec la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer, rendra sa décision sur la demande déposée par les Pays Bas de libérer immédiatement les prisonniers et le navire.

Patrick Bonin lance un appel au ministre d’Affaires étrangères John Baird pour qu’il ajoute sa voix au concert d’appuis pour les 30 de l’Arctique : « Des leaders mondiaux, des prix Nobel de la Paix et des experts des Droits Humains font partie des deux millions de personnes qui demandent la fin de la détention illégale des 30 de l’Arctique et l’abandon des accusations disproportionnées qui pèsent sur eux. Le gouvernement canadien doit briser le silence et défendre les droits et la liberté d’Alexandre Paul et Paul Ruzycki. »

Agissez, envoyez un message au ministre des Affaires étrangères le pressant d'exiger la libération de Paul Ruzycki et Alexandre Paul