Journée de mobilisation pancanadienne :

D’Est en Ouest, la résistance grandit contre les énergies sales

Actualité - 22 octobre, 2012
Dure journée pour les énergies sales (pétrole et gaz). D’un océan à l’autres, citoyens, groupes écologistes et groupes sociaux se sont réunis par milliers pour signaler que les énergies sales ne passeront pas.

 

À l’Est : Libérons l’énergie au Québec

Alors que se réunissait l’Association pétrolière et gazière du Québec (APGQ) pour sa 4e Conférence annuelle à Montréal, une dizaine de groupes citoyens, écologistes et sociaux ont accueilli tôt ce matin le lobby pétrolier et gazier au moyen d’un tintamarre de casseroles, de banderoles et de mains engluées. Ils ont appelé les grands acteurs économiques et politiques à stopper l’expansion des énergies sales (pétrole et gaz) et à ouvrir la voie aux économies d’énergie et aux énergies vertes.

À vous d’agir !

greenpeace.ca/liberonslenergie

« D’Est en Ouest, nous nous levons pour dire que les énergies sales ne passeront pas », a résumé Patrick Bonin, responsable de la campagne Climat-Énergie de Greenpeace. « Le gouvernement du Québec doit résister aux lobbys des combustibles fossiles et tout mettre en oeuvre pour rapidement nous libérer de notre dépendance aux hydrocarbures ».

De Montréal, les groupes ont demandé au gouvernement du Québec d’adopter rapidement une nouvelle stratégie énergétique basée sur l’efficacité énergétique et les énergies propres, d’élaborer un plan pour diminuer drastiquement notre consommation d’hydrocarbures et de réaliser une étude complète de la filière du pétrole par le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE).

À l’Ouest : Non aux pipelines des sables bitumineux et aux superpétroliers

Le rassemblement citoyen à Montréal avait lieu alors que quelques heures plus tard, à l’autre bout du pays, des milliers de personnes se sont réunis devant l’Assemblée législative de Victoria, en Colombie-Britannique pour prendre part à un « sit-in » de masse afin de montrer leur opposition aux oléoducs des sables bitumineux d’Enbridge et de Kinder Morgan et aux superpétroliers. Cette manifestation à lieu alors que le gouvernement Harper tente d’affaiblir davantage la réglementation environnementale fédérale de manière à accélérer les projets controversés des sables bitumineux.

« Les tentatives du gouvernement Harper d’enrayer les protections environnementales et d’accélérer l’approbation des pipelines d’Enbridge et de Kinder Morgan, et ce, sans écouter l’opinion des Canadiens, ne feront qu’augmenter les effets des changements climatiques et mettre notre santé et l’environnement en danger » a mentionné Susan Spratt, Directeur régional de l’Ouest pour le CAW.

L’action d’aujourd’hui est la plus grande manifestation contre les sables bitumineux au pays. Plus de 80 leaders du monde des affaires, des Premières nations, de l’environnement, des syndicats, ainsi que des secteurs universitaire, médical et artistique, ont appuyé le mouvement d’occupation Défendons la côte Ouest, dont Stephen Lewis, David Suzuki, Maude Barlow, Naomi Klein, Tom Goldtooth, David Coles, Bill McKibben et Tony Clarke. Des artistes connus ont ajouté leur nom à la liste des protestataires, parmi lesquels Mark Ruffalo, Daryl Hannah, Michael Moore, Ellen Page, Pamela Anderson, Peter Keleghan et Tantoo Cardinal.

Seulement pour l’année 2010, les pipelines en Alberta ont fuit tous les 1,5 jours, déversant plus de 3 millions de litres de pétrole dans l’environnement et les nappes phréatiques. Les projets de pipelines d’Enbridge et de Kinder Morgan pourraient transporter de 525 000 à 600.000 barils par jour.

« Si nous autorisons la construction de ces oléoducs, rien ne nous incitera plus à réduire la production de combustibles fossiles et à nous convertir à l’énergie propre requise pour assurer l’avenir de notre pays et notre planète », a ajouté Maude Barlow, présidente du Conseil des Canadiens. « Ces oléoducs ne seront pas seulement des artères qui transporteront le pétrole le plus sale au monde; ils alimenteront une expansion de l’industrie, puisque la nécessité de les remplir deviendra une pression constante. Il faut à tout prix en empêcher la construction et nous y parviendrons. »

Après l’action d’aujourd’hui, des manifestants se réuniront le 24 octobre pour former une chaîne humaine devant les bureaux des députés provinciaux dans 50 municipalités en Colombie-Britanique en guise de protestation contre le projet.