Les supermarchés canadiens naviguent en mer plus durable

Actualité - 7 juillet, 2011
Un nouveau classement de Greenpeace montre que les huit plus grandes chaînes de supermarchés au pays font des efforts notables pour s’approvisionner en produits de la mer plus durables et ainsi qu’elles contribuent à réduire la pression sur des poissons marins très appréciés du public,mais pourtant non durables.

 

La troisième édition du classement de Greenpeace, intitulée Remontée des profondeurs : Palmarès des supermarchés et avenir des aliments de la mer, indique que trois des huit géants de l’alimentation canadiens ont obtenu la note de passage. Toutes les chaînes de supermarchés ont désormais en place une politique d’approvisionnement durable et ont commencé à la mettre en oeuvre. Rappelons que lors du premier classement en 2009, toutes les chaînes, sans exception, échouaient au test de Greenpeace avec des notes se situant dans la zone rouge. En 2010, pour la deuxième édition, seul un supermarché obtenait la note de passage. Afin de maintenir le rythme des progrès, Greenpeace a ajouté six nouvelles espèces de la mer sur sa Liste rouge pour remplacer les six qui ne sont plus vendues par les huit supermarchés.

« Les épiciers canadiens sont en train de passer de la parole aux actes avec ce virage vers des aliments de la mer plus durables et leurs engagements commencent à se refléter sur les tablettes de leurs magasins », a affirmé Virginie Lambert Ferry, responsable de la campagne Océans chez Greenpeace. « Les grands détaillants suivent de plus près leur chaîne d’approvisionnement et leurs fournisseurs, mais ils ont encore beaucoup à faire pour assurer que la biodiversité marine menacée est réellement protégée ».

Trois épiciers ont obtenu la note de passage : Loblaw (62 pour cent), Overwaitea Food Group (59 pour cent) et Safeway (51 pour cent). Les supermarchés qui se situent toujours sous la note de passage sont : Sobey (45 pour cent), Walmart et Metro au coude à coude (43 pour cent), Federated Co-operatives (38 pour cent) et Costco (37 pour cent).

Greenpeace classe les huit plus grandes chaînes de supermarchés en fonction des progrès réalisés dans la mise en application de leur politique durable sur les aliments de la mer. Ces critères comprennent le retrait ou la substitution en magasin des espèces de la Liste rouge de Greenpeace, leur capacité à retracer l’espèce depuis le bateau de pêche jusqu’aux étalages (traçabilité) et la communication de leurs efforts auprès de leur clientèle.

Dans le rapport, on trouve un tableau qui illustre les progrès réalisés par les supermarchés quant au retrait des espèces de la Liste rouge de Greenpeace. L’an dernier, six espèces y figurant étaient vendues par tous les supermarchés (en plus des autres espèces de la Liste rouge que chacun d’entre eux pouvait vendre). Mais, cette année, avec l’élimination de la morue de l’Atlantique par Costco, du thon albacore par Overwaitea Food Group, et de l’aiglefin provenant du chalutage de fond par Walmart, il ne reste plus que deux espèces à être vendues par la totalité des chaînes de supermarchés: les crevettes tropicales et le saumon d’élevage de l’Atlantique (issu de cages à filets ouverts).

« La dynamique en cours chez les épiciers est encourageante, mais ces changements doivent se concrétiser dans les magasins. À ce jour, il s’avère encore difficile pour les consommateurs de faire des choix écologiques en matière d’aliments de la mer », a nuancé Virginie Lambert Ferry. « Nous ajoutons six nouvelles espèces à la Liste rouge de Greenpeace pour rappeler aux supermarchés que la durabilité est un processus continu. Protéger les espèces les plus à risques ne suffit pas. Il faudra bien plus pour sauver les océans. »

Les six espèces ou groupes d’espèces ajoutés à la Liste rouge sont : le crabe royal, le saumon rouge du fleuve Fraser, la goberge de l’Alaska, la lotte, le vivaneau et le merlu. Toutes ces espèces ont été surexploitées, certaines sont vulnérables à la pression des pêches industrielles en raison de leurs caractéristiques biologiques et d’autres sont capturées à l’aide de méthodes de pêche qui détruisent la vie marine. La Liste rouge de Greenpeace cible des espèces marines pour lesquelles des mesures de rétablissement immédiates sont nécessaires et n’est en aucun cas exhaustive. De ce fait, ce n’est pas parce qu’une espèce n’est pas sur la Liste rouge qu’elle peut être considérée comme durable.

Le rapport incite les supermarchés à prêter une attention particulière aux autres produits qui peuvent contenir des aliments de la mer, tels que la nourriture pour animaux de compagnie et les suppléments alimentaires. Pour réduire la pression sur les océans, Greenpeace exhorte les grands épiciers à s’assurer que leur politique de durabilité sur les aliments de la mer s’applique à toutes les catégories de produits vendus en magasin et ne se limite pas au rayon des poissons. Pour Greenpeace, il est également de la responsabilité des supermarchés de soutenir la création de réserves marines afin d’assurer une réelle protection aux océans.

Veuillez prendre note que la chaîne Sobeys opère au Québec sous les noms d’IGA, IGA Extra, Les Marchés Traditions, Les Marchés Bonichoix et Rachelle-Béry, alors que Loblaw agit aussi sous les noms de Maxi & Cie et Provigo.

Pour consulter le rapport Remontée des profondeurs : www.greenpeace.ca/supermarches2011.

Pour consulter la Liste rouge de Greenpeace : www.greenpeace.ca/listerouge

Quelle note a votre supermarché?

Thèmes