Arctique : L’actrice Lucy Lawless bloque un pétrolier Shell

Actualité - 23 février, 2012
L’actrice néo-zélandaise Lucy Lawless — vedette des téléséries à succès Spartacus et Xena, la guerrière — s’est jointe à des militants de Greenpeace afin d’empêcher un navire de forage pétrolier Shell de quitter la Nouvelle-Zélande en direction de l’Arctique où les projets de forage d’exploration menacent de ravager le littoral de l’Alaska.

 

Lucy Lawless est montée à bord du Noble Discoverer et s’est jointe à l’équipe d’escalade composée de six activistes de Greenpeace. Ils occupent actuellement la tour de forage du navire.

« Je bloque le navire de forage pétrolier Shell parce que je crois que l'énergie renouvelable est la voie de l'avenir », a affirmé Lucy Lawless. « Nous n’avons pas à aller jusqu’au bout du monde pour extraire chaque dernière goutte de pétrole avant de nous réveiller et de commencer à passer à une économie énergétique propre, verte et durable. Nous devons entamer la transition énergétique. Ce que cela signifie aujourd’hui, c’est qu’il faut garder Shell hors de l'Arctique. »

Le Noble Discover, navire pétrolier qui prévoit faire de l’exploration pétrolière dans trois zones de la mer Chukchi, au large de la côte de l'Alaska, a été bloqué au port de Taranaki en Nouvelle-Zélande. Les militants de Greenpeace ont escaladé la tour de forage du bateau et ont assez de vivres pour rester plusieurs jours en place.

« Nous sommes passés à l’action aujourd’hui pour empêcher Shell de forer dans l’Arctique, où un déversement de pétrole ravagerait l’environnement fragile et serait impossible à nettoyer, a déclaré Nathan Argent, responsable de la campagne Climat-Énergie de Greenpeace Nouvelle-Zélande. Shell doit laisser le Noble Discover au port, sinon elle risque de causer une catastrophe pire que celle de la plateforme Deepwater Horizon dans le golfe du Mexique. »

Shell est la première grande société pétrolière internationale à faire de l’exploitation dans l’Arctique une priorité. Si le Noble Discover découvre du pétrole l’été prochain, les autres géants mondiaux du pétrole accéléreront leurs plans de plusieurs milliards de dollars de forage dans le milieu sauvage de l’Arctique et y déclencheront une ruée vers l’or noir.

En bloquant aujourd’hui le Noble Discover, les militants ont raccourci le programme de forage estival déjà serré de Shell dans l’Arctique. Le temps glacial, les conditions climatiques extrêmes et l’éloignement géographique du lieu rendent les défis techniques insurmontables en cas de déversement de pétrole. Selon un cadre supérieur d’une société canadienne spécialisée dans les interventions lors de déversements d’hydrocarbures, « nous ne connaissons pas encore de solution ou de méthode permettant réellement de récupérer le pétrole déversé dans l’Arctique ».

Total a estimé que les réserves pétrolières globales de l’Arctique ne satisferaient que durant trois années la demande actuelle mondiale de pétrole, mais contribueraient grandement à l’émission de carbone et représenteraient un risque grave pour l’écosystème local. De nombreuses études ont démontré que les besoins énergétiques mondiaux pourraient être comblés grâce aux mesures d’efficacité énergétique. D’économie d’énergie ainsi que par les énergies renouvelable.

« Les entreprises comme Shell profitent de la fonte des glaces dans l’Arctique pour effectuer des forages à la recherche de combustibles fossiles qui continuent d’alimenter la crise climatique », a déclaré Nathan Argent de Greenpeace Nouvelles-Zélande. « Nous devons réduire notre dépendance à l’égard des combustibles fossiles et utiliser les milliards de dollars devant être investis dans le pétrole pour accélérer l’efficacité des moyens et la mise en œuvre de nouvelles technologies propres. Nous pourrons ainsi protéger l’Arctique, combattre les changements climatiques et susciter un boom d’emplois verts. »

Aidez-nous à garder Shell hors de l'Arctique