Bilan de la manifestation au Parlement contre les sables bitumineux : plus d’une centaine d’arrestations et une action qui passe à l’histoire

Actualité - 26 septembre, 2011
Plus de 200 personnes ont risqué l’arrestation sur la colline parlementaire aujourd’hui dans le cadre de la plus grande action de désobéissance civile sur les changements climatiques de l’histoire du Canada. Parmi eux, une centaine de militants ont été arrêtés et ont été libérés après avoir reçu une amende pour intrusion.

« L’action d’aujourd’hui constitue un moment décisif dans la lutte contre les sables bitumineux alors que des gens de partout en Amérique du Nord ont fait front commun en faveur d’un avenir énergétique fondé sur les énergies propres et durables », a résumé Keith Stewart, chef de campagne Climat Énergie chez Greenpreace Canada et qui compte parmi les militants arrêtés. « Le mouvement contre l’industrie toxique des sables bitumineux va continuer de prendre de l’ampleur si le premier ministre Harper continue de se faire le porte-voix d’une industrie destructrice et qu’il continue d’ignorer ses responsabilités en matière de protection de l’environnement et de respect des communautés. »

Voir l'action en direct.

 

« L’action d’aujourd’hui sur la Colline du Parlement est un événement exemplaire de solidarité », a commenté Maude Barlow, présidente nationale du Conseil des Canadiens. « Aujourd’hui, les peuples des Premières Nations, les travailleurs et les environnementalistes se sont unis pour amener le gouvernement de Harper à tourner le dos aux sables bitumineux et prendre la voie d’un avenir énergétique respectueux de l’environnement. »

Des centaines de personnes venues d’un peu partout en Amérique du Nord se sont rassemblées ce matin sur la colline du Parlement afin de participer à un ralliement suivi d’une action massive de désobéissance civile. Elles entendent livrer un message retentissant au premier ministre Harper : « Nous voulons bâtir un avenir durable fondé sur les énergies vertes, dans le respect des droits des autochtones, où prime la santé de l’environnement et des collectivités. »

Les participants ont répondu à un appel à l’action lancé après deux semaines de désobéissance civile aux États-Unis contre le projet de pipeline Keystone XL, destiné au transport de pétrole issu des sables bitumineux de l’Alberta jusqu’au golfe du Mexique.

« Je suis ici en solidarité avec les 1200 personnes qui se sont dressées contre le pipeline Keystone XL à Washington », a expliqué Caroline Monette, l’une des participantes de l’action venue de Montréal. « Je suis ici pour dire au ministre Harper que je m’oppose à l’industrie toxique des sables bitumineux et pour lui demander de se tourner vers l’avenir : les énergies propres, sécuritaires et renouvelables. »

Notons que les personnalités suivantes ont été arrêtées aujourd’hui : Maude Barlow (Conseil des Canadiens), David Coles (SCEP), Tony Clark (Institut Polaris), Keith Stewart (Greenpeace) et Georges Poitras (Chef de la communauté Cree Mikisew). Le groupe de militants, constitué de personnes âgées de 19 à 84 ans, provenait d’origines et de conditions sociales diverses. Il était possible de retrouver dans la foule un assistant social, un plombier, un biologiste, un fermier d’agriculture biologique, un docteur, un étudiant et plusieurs autres. Les militants sont venus de partout à travers le pays pour participer à l’action contre les sables bitumineux de sorte que presque chaque province et territoire était représenté.

Outre les 200 personnes à avoir subi l’arrestation, des centaines de personnes étaient présentes pour les soutenir dans le cadre d’un rassemblement de solidarité.

« Ce que nous avons vu aujourd’hui, ce sont des citoyens inquiets des conséquences des sables bitumineux sur l’air, sur l’eau et sur les communautés », a ajouté Clayton Thomas Mueller du Réseau indigène écologique. « Les terres ancestrales des Premières Nations de doivent pas devenir des zones sacrifiées. Le peuple de Fort Chipewyan mérite que justice soit faite et a le droit à un avenir qui priorise la santé de nos communautés et de l’environnement. »

L’action d’aujourd’hui est demeurée pacifique tout au long de son déroulement. Elle visait à demander au premier ministre Harper de se détourner des sables bitumineux, d’entamer la construction d’un avenir énergétique fondé sur les énergies propres, renouvelables et sécuritaires dans le respect des peuples autochtones, des communautés et de l’environnement.