Greenpeace : De grandes entreprises renoncent à la déforestation indonésienne d’APP

Actualité - 3 novembre, 2011
Greenpeace annonce aujourd’hui qu’un nouveau groupe de clients internationaux d’Asia Pulp and Paper (APP), propriétaire de cinq usines de pâtes au Canada, vient d’annuler ses contrats avec l’entreprise. Parmi celles-ci, mentionnons le grand fabricant de jouets Hasbro qui a également lancé une nouvelle politique environnementale progressive.

 

Les dernières entreprises qui se sont engagées à cesser d’acheter des produits du célèbre destructeur de la forêt tropicale en Indonésie comprennent notamment le grand magasin de la Nouvelle-Zélande The Warehouse, les détaillants en alimentation Delhaize et Food Lion, la chaîne de supermarchés australienne Metcash, le fabricant de stylos de luxe Montblanc, le torréfacteur international Tchibo, ainsi que le fabricant de jeux de cartes Cartamundi.

« Ces nouvelles pertes prouvent une fois de plus que les pratiques non durables et irresponsables de l’entreprise nuisent à ses profits », a déclaré Mélissa Filion, responsable de campagne Forêt de Greenpeace au Canada. « Asia Pulp and Paper donne mauvaise réputation à l’Indonésie. »

Le mois dernier, Mattel, le plus grand fabricant de jouets au monde et créateur de la célèbre poupée Barbie, a annoncé qu’il coupait ses liens d’affaire avec l’APP et qu’il adoptait une nouvelle politique afin que la déforestation ne fasse plus partie de sa chaîne d’approvisionnement. Pour sa part, Bureau en gros, un détaillant de fournitures de bureau, a conclu que l’APP représentait un « grand danger pour sa marque ». Des fabricants internationaux de biens de consommation comme Kraft, Nestlé et Unilever, de même que le géant des vêtements de sport Adidas, ont tous mis fin à leurs affiliations avec l’entreprise de pâtes et papiers. Les détaillants internationaux Carrefour, Auchan, le groupe Metro et Tesco ont cessé d’utiliser les produits de l’APP dans la fabrication de leurs produits de marque. Le groupe ING a aussi refusé de faire affaire avec l’APP, car ses pratiques violent la politique de la banque relative à la protection des forêts.

L’APP possède cinq usines de pâtes au Canada, sous la nom de filiale « Paper Excellence » à Meadow Lake et Prince Albert, en Saskatchewan, à Mackenzie et Howe Sound, en Colombie-Britannique, et à Pictou, en Nouvelle-Écosse. Elle soumissionne actuellement pour l’acquisition de l’usine NewPage à Port Hawkesbury, en Nouvelle-Écosse.

« Ce n’est pas le type d’entreprise avec qui il est souhaitable que la communauté québécoise et canadienne fasse affaire», a ajouté Mélissa Filion. « Il ne fait aucun doute que les produits de pâtes et de papiers d’APP représentent une menace pour les produits qui sont fabriqués dans le respect de l’environnement chez nous, particulièrement les papiers recyclés. Quoique l’APP en dise, les Québécois et les Canadiens ne veulent pas de produits fabriqués au prix de la destruction des forêts indonésiennes. »

Le mois dernier, lors d’une grande tournée sur le terrain en Indonésie, Greenpeace a découvert de vastes zones de forêts tropicales dévastées à l’intérieur de concessions de l’APP dans le Sumatra, dont certaines ont été reconnues comme un habitat du tigre de Sumatra, une espèce en voie de disparition (il n’en reste plus que 400 en liberté).

En février dernier, Golden Agri Resources, la société sœur de l’APP spécialisée dans la filière agricole, a lancé une nouvelle politique pour s’attaquer au problème de la déforestation. Depuis, elle a commencé à reconquérir les clients qu’elle avait perdus sur le marché international, notamment Nestlé.

Greenpeace exhorte l’APP à suivre les pas de Golden Agri Resources et à s’engager immédiatement à mettre fin à ses pratiques de déforestation.

Thèmes