Plusieurs organisations écologistes demandent à l’Assemblée nationale de rejeter la décision d’Hydro-Québec et de fermer Gentilly-2

Page - 7 août, 2008
Greenpeace et des dizaines d'autres organisations écologistes ont demandé aujourd'hui à l'Assemblée nationale du Québec de protéger les citoyens de la province contre une décision prise en catimini par Hydro-Québec pour rénover la centrale nucléaire vétuste de Gentilly-2, au coût de 1,5 milliards de dollars.

Manifestation Anti-nucléaire à Gentilly-2 en septembre 2005.

On s'attend à ce que le conseil d'administration d'Hydro-Québec donne son aval aux travaux de réfection de Gentilly-2, la seule centrale nucléaire du Québec, lors d'une réunion à huis clos qui aura lieu cette semaine. Greenpeace et plusieurs autres organisations ont lancé à partir d'Internet une résolution que les Québécois peuvent signer pour signifier à l'Assemblée nationale leur opposition à la réfection de Gentilly-2.

Si Hydro-Québec décide d'aller de l'avant, cette décision ira à l'encontre de la recommandation du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement du Québec (BAPE) qui demandait à Hydro-Québec de rendre publics les estimations de coûts de Gentilly-2 ainsi que son plan de gestion des déchets nucléaires.

« Si Hydro-Québec dévoilait l'information, le public verrait jusqu'à quel point il s'agit d'une mauvaise décision », explique Shawn-Patrick Stensil de la campagne Énergie nucléaire chez Greenpeace. « Hydro-Québec ignore la recommandation d'un organisme provincial de protection de l'environnement qui lui demande de rendre publics les estimations de coûts de Gentilly-2 ainsi que son plan de gestion des déchets nucléaires. »

Faits saillants

  • Le réacteur de Gentilly-2 a le même défaut de conception que le réacteur qui a explosé à Chernobyl
  • Gentilly-2 a généré plus de 2500 tonnes de déchets hautement radioactifs
  • Les coûts de construction ont été quatre fois plus élevés que prévu

En savoir plus...

Aujourd'hui, quelque 40 organisations écologistes - dont Équiterre, le Regroupement pour la surveillance du nucléaire, le Mouvement Vert Mauricie et la Fondation David Suzuki - ont aussi publié une lettre dans laquelle elles demandent à l'Assemblée nationale de fermer de façon définitive le réacteur de Gentilly-2 et de ne pas endosser une éventuelle décision du conseil d'administration en faveur de sa réfection. Ce réacteur vétuste atteindra la fin de sa vie utile 2010. Pour continuer à l'exploiter après cette date, Hydro-Québec devra y investir au moins 1,5 milliard $, soit le double du montant estimé en 2002.

Gentilly-2 produit moins de 3 % de l'électricité du Québec et cette production pourrait facilement être remplacée par des énergies propres et vertes.

« Le Québec n'a pas besoin de centrales nucléaires pour produire son électricité, ajoute Stensil. La réfection de Gentilly-2 mettrait le Québec sur la voie d'une production énergétique dangereuse et inutile. L'Assemblée nationale doit protéger l'intérêt public et rejeter la décision qu'Hydro-Québec cherche à prendre en catimini. »

Le réacteur de Gentilly-2 utilise une technologie qui remonte aux années 1970 et il serait impossible d'obtenir les approbations pour en construire un identique aujourd'hui. De plus, Hydro-Québec n'a pas réglé le problème de gestion à long terme des tonnes de déchets radioactifs produits chaque année par la centrale. En juin, Greenpeace a publié un rapport préparé par un expert en énergie nucléaire qui révélait que même les réacteurs de technologie plus récente, comme ceux que veut installer l'Ontario, affichent trop de défauts de conception pour être approuvés.

« C'est l'ensemble de la société québécoise qui doit décider si elle veut ou non vivre avec les risques de l'énergie nucléaire - pas seulement Hydro-Québec et l'Assemblée nationale », explique Michel Fugère du Mouvement Vert Mauricie. « Si on leur demandait leur avis, il est clair que les Québécois affirmeraient qu'ils ne veulent pas de centrales nucléaires, ni de déchets radioactifs, ni les risques d'accidents inhérents au nucléaire. Les Québécois veulent qu'on ferme Gentilly-2 ».

Endossez la résolution contre la réfection de la centrale

 

Thèmes