HP prend la tête du classement « Pour une High-tech responsable »

Actualité - 9 novembre, 2011
Greenpeace lance aujourd’hui la dernière édition de son Guide « Pour une high-tech responsable ». HP gagne la tête du classement en raison de l’intégration de mesures environnementales au sein de ses opérations et s’accorde une longueur d’avance sur Dell et Nokia.

Si vous devez acheter un appareil électronique, optez pour les marques qui figurent au sommet du classement de Greenpeace.

 

HP bon premier

« HP obtient la première place du classement cette année en raison de son engagement à mesurer et à réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) issues de sa chaîne d’approvisionnement, à diminuer ses propres émissions de GES et parce qu’elle appuie l’idée d’une forte législation permettant de lutter contre les changements climatiques », a affirmé Catherine Vézina, responsable des Communications chez Greenpeace. « Malgré tout, chacune des compagnies qui figurent au classement a l’opportunité de montrer plus de leadership pour diminuer son impact sur le climat. »

Exigez une informatique plus verte

Le guide « Pour une high-tech responsable », lancé en août 2006, classe les 15 principaux fabricants d’appareils électroniques en fonction de trois critères : leur politique de réduction de GES, leur offre de produits plus respectueux de l’environnement et le changement de leurs opérations vers des pratiques plus durables. Afin de maintenir le progrès, de nouveaux critères ont été ajoutés à la grille d’évaluation des entreprises. Cette année, les marques ont été notées selon leurs efforts pour réduire leurs émissions de GES tout au long de leurs chaînes d’approvisionnement et de production. Également, les spécialistes de Greenpeace ont récompensé les fabricants qui intègrent les énergies renouvelables dans leur leurs productions, instaurent des programmes de reprise d’appareils obsolètes et qui utilisent du papier recyclé ou FSC. À l’inverse, les sociétés qui emploient du minerai issu de zones de conflits, des substances chimiques et qui fournissent des arguments mensongers sont pénalisées.

Le fabricant d’ordinateurs Dell fait un bond spectaculaire de la dixième à la seconde place au classement. Dell est récompensé grâce à ses efforts ambitieux de réduction de 40% de ses émissions de carbone d’ici 2020, ainsi que pour la mise en place de sa nouvelle politique d’achat de papier issu de sources durables.

Après trois années de domination du classement, Nokia glisse de la première à la troisième place. Une chute qui s’explique par les faibles performances de l’entreprise en matière d'énergie.

« Si elle espère retrouver son leadership sur les questions environnementales, Nokia, ainsi que les nombreuses autres compagnies présentes dans le guide, devront démontrer comment elles comptent réduire leurs émissions de GES à travers l'efficacité énergétique et l’utilisation des énergies renouvelables », a expliqué Catherine Vézina.

Les nouveaux critères ajoutés à cette édition du guide visent à la création d'une industrie de l'électronique véritablement durable, et permettent de pointer les problèmes liés à la chaîne d'approvisionnement. La fabrication des produits électroniques requiert de grandes quantités de ressources et d'énergies. La nouvelle section sur l'énergie met l’emphase sur la façon dont les entreprises peuvent montrer la voie en réduisant leurs consommations d'énergie et en incitant à la mise en valeur des projets de loi en faveur des énergies propres.

Les mauvais élèves

En queue de peloton, le fabricant de Blackberry, Research in Motion (RIM), obtient le bonnet d’âne principalement en raison de son manque de transparence sur ses performances environnementales. Cependant, RIM obtient de bons résultats vis-à-vis de ses politiques d’approvisionnement durable en matière de minerais et de papier.

Un guide qui fonctionne !

Depuis la première édition en 2006 du guide, les fabricants d’appareils électroniques ont fait des efforts notables pour améliorer l’empreinte environnementale de leurs produits, notamment par l'élimination progressive des substances dangereuses utilisées dans la fabrication des produits. Ce guide, cet outil, fait partie intégrante de la campagne internationale de Greenpeace visant à persuader l'industrie informatique que des solutions existent afin de réduire son empreinte carbone globale.

Voir le guide complet (en anglais)