Hydroliennes ou la poudre aux yeux énergétique?

Actualité - 27 juillet, 2010
D’une même voix, les gouvernements du Québec et du Canada ont annoncé aujourd’hui l’investissement de 5,8 millions de dollars pour l’installation de deux prototypes d’hydroliennes dans le Fleuve Saint-Laurent. Devons-nous nous réjouir de cet investissement dans l’hydraulique, une technologie que les gouvernements prétendent verte?

La ministre des Ressources naturelles Nathalie Normandeau était accompagnée mardi matin de son homologue fédéral Christian Paradis (à gauche) et du responsable du projet des hydroliennes, Imad Hamad.
PHOTO: ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Verte l’énergie hydraulique ?

Greenpeace voit d’un mauvais œil le développement possible d’hydroliennes dans les rivières et les fleuves du Québec. Au Québec, nous gaspillons beaucoup d’énergie. La priorité devrait être de réduire notre gaspillage d’énergie et non augmenter la production électrique déjà en surplus. La vraie filière à développer est l’efficacité énergétique. Avant d’aller vers le développement de l’énergie hydraulique, il faut d’abord s’assurer qu’il n’y a pas d’impacts négatifs sur les espèces et les écosystèmes fluviaux. Fait à noter : l’envergure de certains projets d’hydroliennes pourraient s’apparenter à des barrages.

Charest, en panne sèche

Selon Greenpeace, la stratégie du gouvernement Charest en matière d’écoénergie pour rendre le Québec libre des énergies fossiles d’ici 2030 est en panne sèche. Bien que Greenpeace soit en faveur des énergies renouvelables, l’annonce d’aujourd’hui des gouvernements est de la poudre aux yeux pour détourner l’attention de l’opinion publique sur l’exploration et l’exploitation des énergies sales au Québec. Les gouvernements auraient plutôt dû miser sur des investissements pour augmenter l’efficacité énergétique.

Une marée noire près de chez vous?

Alors que le monde continue d’être témoin de l’une des pires marées noires de l’histoire, le gouvernement Charest ignore l’avertissement que constitue la catastrophe du Golfe du Mexique et carbure plus que jamais vers le développement des énergies sales, notamment en Gaspésie (pétrole), dans la Vallée du Saint-Laurent (gaz de schiste) et peut-être même en haute mer près des Iles-de-la-Madeleine (gisement pétrolier Old Harry).

L’énergie hydraulique, en bref

L’énergie hydraulique est produite à partir de turbines que l’on installe sous l’eau, dans les courants des rivières. Un peu à la manière de l’énergie éolienne qui utilise la puissance du vent, l’hydrolien fait appel la force des courants.

Greenpeace exige du gouvernement Charest : une vision, une stratégie et un plan écoénergétique cohérents pour le Québec. Ceci passe notamment par l’arrêt d’investissement et d’autorisation pour l’exploration et l’exploitation des énergies fossiles au Québec.