Un déjeuner sur l’herbe...

... pour fermer la centrale nucléaire de Gentilly

Actualité - 18 août, 2010
Greenpeace a participé au déjeuner sur l’herbe en face de l’Assemblée nationale du Québec, le mercredi 18 août dernier, pour dire NON à un Québec nucléaire.

Gâteau fourni par Greenpeace pour le déjeuner sur l'herbe, événement anti-nucléaire devant l'Assemblée nationale du Québec le 18 août 2010.

Cet événement est organisé par Sept-Îles Sans Uranium en collaboration avec la Coalition pour que le Québec ait Meilleure Mine! et le Mouvement Sortons le Québec du Nucléaire.

Le Québec n’a pas besoin de Gentilly-2

Hydro-Québec a déjà des surplus de production électrique jusqu’en 2023 même avant sans compter la construction du complexe sur la rivière La Romaine qui ajoutera 1 555 MW vers 2020. Alors, pourquoi ne pas en profiter pour fermer définitivement la filière nucléaire au Québec qui ne fournit qu’environ 3 % (675 MW) de la production électrique d’Hydro-Québec et génère en plus des déchets nucléaires toxiques pour des milliers d’années?

 

Le Plan stratégique 2009-2013 d'Hydro-Québec révèle notamment un écart significatif entre les prévisions de la production et celle de la demande en électricité de 8,5 TWh (août 2008) ce qui correspond à environ 5 % de la production totale en surplus. La crise économique actuelle et l’abandon structurelle des énergies fossiles vers 2030 signifient que les modes de production vont aller de plus en plus versac l’efficité énergétique. Dans ce contexte, pourquoi Hydro-Québec s'obstine-t-elle à reconstruire Gentilly — la seule centrale nucléaire au Québec? Le nucléaire est dangereux et coûte très cher. Au minimum... 1,8 milliard de dollars! D’ailleurs, le gouvernement de l’Ontario a récemment refusé les estimations pour la reconstruction des centrales nucléaires, les coûts ayant passé de 6 à 26 milliards de dollars! Gentilly pourrait coûter bien plus que 1,8 milliard de dollars! C’est sans doute une des raisons pour lesquelles Hydro-Québec a suspendu des contrats de réfection de Gentilly-2 (Cyberpresse)

Investir plutôt dans les alternatives

La crème fouettée 'Chantilly' a été remplacée par la crème 'Gentilly-2'. Merci Hydro-Québec!

Imaginez ce qu’on pourrait faire avec 1,8 milliard de $ (même aux coûts sous-estimés)! Un exemple? Installer des panneaux solaires thermiques sur environ 300 000 maisons au Québec et ainsi, mieux répartir les investissements dans toutes les régions du Québec! On pourrait aussi mettre en place un programme de meilleure isolation des bâtiments existants, ce qui permettrait de créer des emplois partout au Québec et pas seulement à Gentilly. Si les coûts pour reconstruire Gentilly suivaient la même tendance que les coûts en Ontario pour le nucléaire, Gentilly pourrait couter jusqu’à 7,6 milliards! Avant d’aller plus loin, fermons Gentilly et passons à des solutions plus écologiques et meilleur marché!

Pour en savoir plus :

La fin du nucléaire au Québec

Thèmes