Plan Nord : Rêve ou cauchemar d’une génération?

Actualité - 12 octobre, 2011
Plan Nord : Rêve ou cauchemar d’une génération? C’est la question que pose Greenpeace au coeur d’une publicité à l’affiche dans certains bars et restaurants de la région de Québec ce mois-ci. S’adressant aux députés de l’Assemblée nationale du Québec, Greenpeace demande aux élus de protéger la Vallée de la Broadback, la meilleure opportunité de conservation au Québec et qui se trouve... sur la route du Plan Nord.

Plan Nord : le test

Alors que se poursuivent les consultations publiques du Plan Nord, la conservation imminente de la Vallée de la Broadback constitue un test pour le Plan Nord du gouvernement de Jean Charest. Exigée depuis de nombreuses années par les communautés cries de même que par les groupes écologistes, la protection de la Vallée de la Broadback est la meilleure opportunité de conservation au Québec. Le Plan Nord propose de nouveaux grands chantiers industriels au nord du 49e parallèle, la mise en réserve du territoire de la Vallée de la Broadback doit se faire le plus rapidement possible. En résumé, pour que la planification écologique du Nord soit pertinente, elle doit prendre forme avant le début des travaux.

 

Passez à l’action! Écrivez à Pierre Arcand et à Clément Gignac

Greenpeace obtient un engagement d’EACOM

Greenpeace fait pression depuis plusieurs mois auprès de la forestière EACOM Timber Corporation afin qu’elle abandonne ses projets de construction de routes et de ponts pour exploiter la Vallée de la Broadback. Greenpeace s’est alliée aux Cris de Waswanipi pour ériger une imposante barricade au coeur de la Vallée de la Broadback.

Depuis, EACOM s’est engagée auprès de Greenpeace à respecter les propositions d’aires protégées formulées par les Cris, préférant retirer ses opérations de ces secteurs. « Nous sommes disposés à retirer du périmètre des projets d’aires protégées présentées par les Cris les secteurs d’interventions de notre planification pour les deux années restant[es] encore à la période quinquennale, soit pour 2011-2012 et 2012-2013. »

-Valérie Pellerin, Superviseur foresterie, EACOM-

La responsabilité incombe maintenant aux ministres Gignac et Arcand. Pour que la Vallée de la Broadback soit préservée de façon permanente, les ministres Gignac et Arcand doivent légiférer sa protection par la Loi sur la conservation du Patrimoine Naturel du Québec. En somme, ils doivent y créer une (ou des) grande(s) aire(s) protégée(s). Le consensus pour la création de ces aires protégées ayant été obtenues de la part des Cris, des écologistes et de certaines entreprises forestières facilite la tâche du gouvernement, mais celui-ci tarde à agir. Greenpeace demande aux élus de l’Assemblée nationale de saisir la balle au bond et d’exiger du gouvernement Charest la préservation de la Vallée de la Broadback.

En savoir plus

Écrivez à Pierre Arcand et à Clément Gignac
Lire l’engagement complet d’EACOM
Consultez le rapport Refuge Boréal qui documente les valeurs de la Vallée de la Broadback

Thèmes