Un premier supermarché canadien retire le saumon d'élevage de ses étals

Actualité - 28 juin, 2012
Seulement trois années après la première édition de son classement sur les huit plus grandes chaînes de supermarchés au pays selon leur politique des aliments de la mer durables, Greenpeace décerne à Overwaitea Food Group (OFG) une note dans la catégorie « verte » pour sa décision de retirer de ses tablettes le saumon élevé en cages ouvertes.

 

OFG est le premier grand détaillant canadien – et le troisième en Amérique du Nord – à cesser de vendre ce produit controversé. La décision d’OFG survient à un moment où l'industrie est l’objet de critiques sévères quant à la propagation de plus en plus fréquente des virus dans les fermes, tant sur la côte ouest que sur la côte est du continent.

« Greenpeace félicite Overwaitea Food Group pour cette initiative qui lui permet de s'approvisionner en produits de la mer plus durables tout en protégeant nos océans », a affirmé Charles Latimer, responsable de la campagne Océans de Greenpeace. « Il est grand temps que le gouvernement fédéral et l'industrie de la pisciculture prennent conscience que ce type de saumon n'est pas compatible avec les politiques d'approvisionnement durable des détaillants canadiens. »

En 2010, OFG a commencé à vendre du saumon élevé en bassins fermés, tandis que le saumon élevé en cages ouvertes, plus dommageable pour l'environnement, a été graduellement retiré des magasins. Loblaw et Safeway ont emboîté le pas et cherchent désormais à s'approvisionner auprès d'élevages en bassins fermés, mais leurs clientèles n'ont pas encore accès à cette alternative durable.

Consultez le Classement 2012 des supermarchés

Le retrait ou le remplacement de produits de la mer figurant sur la Liste rouge – c'est-à-dire pêchés ou élevés d'une manière dommageable à l'environnement – demeure un indicateur très important du classement de Greenpeace en matière d'approvisionnement durable. Le classement de 2012 démontre que la plupart des chaînes de supermarchés tentent d'identifier les espèces problématiques et de trouver de meilleures options. Cependant, la grande quantité de saumon d'élevage encore offerte aux consommateurs demeure un obstacle important à leur progrès.

« Certains grands épiciers tentent d'établir un dialogue et de trouver des solutions avec les fournisseurs non durables, ce qui améliore leur position dans le classement », a ajouté Charles Latimer de Greenpeace. « Des huit plus importantes chaînes de supermarchés canadiennes, sept ont reçu une note de passage grâce à leurs efforts. Nos attentes à leur égard demeurent tout de même élevées, puisque les échéances qu'elles se sont fixées approchent rapidement. »

Loblaw Companies Limited se classe au second rang cette année, avec une note de 68 pour cent. Safeway la suit de près avec une note de 63 pour cent. Metro et Walmart se classent au quatrième et cinquième rang respectivement, tandis que Sobeys et Federated Co-operative Limited sont à égalité au sixième rang avec une note légèrement supérieure à 50 pour cent. Costco est au dernier rang avec une note de 43 pour cent, inférieure au seuil de passage.

Pendant que certaines solutions durables se font attendre, Greenpeace encourage les détaillants à ne pas tromper leurs clients en commercialisant des produits « verts » qui ne le sont pas. En effet, un certain nombre de certifications attribuées au saumon d'élevage ne satisfont pas aux exigences minimales de l’organisation, puisqu'ils ne tiennent pas compte des principaux problèmes de cette industrie. Greenpeace n'accorde aucun crédit aux étiquettes « éco », certifications et autres mentions « bio » émis par les organismes Seafood Trust, WiseSource Salmon, Aquaculture Stewardship Council (ASC), Global G.A.P., Friend of the Sea (FOS), GAA Best Aquaculture Practices (BAP),par l'Alliance de l'industrie canadienne de l'aquaculture et autres certification biologiques et écologiques.

Greenpeace fait campagne contre l'élevage du saumon en cages ouvertes, une technique de pêche très nuisible aux écosystèmes côtiers. Les maladies et la transmission de parasites, la pollution toxique, les ravages causés par les poissons en fuite ainsi que l'utilisation abusive de poissons sauvages pour nourrir les poissons d'élevage constituent les principales menaces posées par ce type d'aquaculture. Greenpeace encourage les détaillants au pays à modifier leurs sources d'approvisionnement et à investir dans des installations aquacoles plus respectueuses de l'environnement marin.

Consultez le classement et le profil de chaque supermarché.

Élevage de saumon en cages ouvertes près de Puerto Chacabuco, au Chili. Greenpeace fait pression auprès des grands épiciers canadiens afin qu’ils cessent de vendre du saumon provenant de ce type de pêche aux conséquences néfastes sur l’environnement. 02/03/2004 © Greenpeace / Daniel Beltrá

 

Thèmes