En juillet dernier, Desjardins avait annoncé la mise en place d’un moratoire temporaire sur l‘investissement et le financement des pipelines jusqu’à ce que la coopérative financière prenne sa décision finale cet automne.  Le 6 décembre dernier, la décision a été annoncée et le Mouvement Desjardins a offert au Québécois.e.s, aux Canadien-nes et aux Premières Nations un véritable cadeau de Noël empoisonné.

En effet, la coopérative financière a annoncé qu’elle abandonnait son moratoire et ne tournerait pas le dos au pétrole, comme le confirme le prêt de 145 millions de dollars octroyé à Kinder Morgan pour son projet de pipeline Trans Mountain dans l’Ouest canadien.

Maintenir la pression sur Desjardins

En réaction à cette décision irresponsable, Greenpeace lancera sous peu une trousse d’action pour vous permettre de faire pression sur Desjardins. Lorsque la trousse sera disponible, nous en informerons tous les signataires de notre pétition.  Si vous ne l’avez pas encore fait, vous pouvez la signer ici.

 

Desjardins recule par rapport à d’autres institutions qui annoncent des désinvestissements massifs des énergies fossiles.  

Tandis que Desjardins s’enfonce dans le pétrole, une série d’annonces de désinvestissement  est venue ébranlé profondément le secteur pétrolier. La Banque mondiale a annoncé qu’elle cessera de financer l’exploration et l’exploitation de pétrole et de gaz en 2019; Natixis, la Société Générale et le Crédit Agricole s'engagent à ne plus financer de projets de sables bitumineux, ni d'exploitation ou de production pétrolière en zone Arctique. AXA, le 3ème plus gros assureur au monde se retire de l’industrie des sables bitumineux et des pipelines et désinvesti 3 milliards d’euros des énergies fossiles.

Mais ce n’est pas tout. Quelques mois auparavant, la US Bank a retiré son financement à Enbridge et son projet de pipeline de sables bitumineux Ligne 3 ; BNP Paribas a déclaré qu’elle « cesse ses relations avec les acteurs dont l’activité principale est l’exploration, la production, la distribution, le marketing ou le trading de pétrole des sables bitumineux » ; ING a confirmé qu’elle exclurait le financement des pipelines de sables bitumineux ; le plus important fonds de pension suédois (AP7) a annoncé qu’il a désinvesti de TransCanada car la construction de nouveaux pipelines est incompatible avec les objectifs de l'Accord de Paris.

Unissons nos efforts et passons à l’action !

La lutte pour faire annuler le projet de pipeline  Énergie Est nous a démontré l’importance des mouvements citoyens et leur efficacité pour contrer des projets destructeurs. Mobilisons nos communautés et lançons un message clair à Desjardins : le Mouvement Desjardins doit revoir sa décision et annoncer le désinvestissement total et la fin de tout financement et investissement dans les pipelines de sables bitumineux.

Si nous réussissons, ce sera un nouveau pas vers la fin de l’exploitation des sables bitumineux.

Une trousse d’action pour augmenter la pression sur Desjardins sera bientôt disponible. Nous en informerons tous les signataires de la pétition que vous pouvez signer ici si ce n’est pas déjà fait.

Vous pouvez également appeler Desjardins pour leur faire connaître votre mécontentement suite à la décision de continuer à soutenir les projets de pipelines. Nous avons créé un outil en ligne qui vous permet d’appeler Desjardins gratuitement, en plus de vous fournir des informations pertinentes et des points de discussion pour vous aider dans votre démarche. Cliquez ici afin d’être mis·e en contact téléphonique avec Desjardins..

Merci de passer à l’action. Assurons-nous que Desjardins comprennent qu’en 2017, il est temps de financer autre chose que l’exploitation pétrolière.