Vous avez peut-être entendu ce matin le signal d’alarme tiré à côté d’Ottawa: cinquante et une tombes alignées en mémoire du caribou boréal canadien, afin de rappeler à Catherine McKenna, ministre de l’Environnement et du Changement climatique, que le sort de cette espèce est entre ses mains. Pourquoi des tombes? Parce que sans action concrète du gouvernement, l’espèce emblématique du Canada risque l’extinction.

Hier, avec des années de retard, le gouvernement fédéral a publié un rapport qui souligne l’état de l’habitat du caribou à travers le pays.

Vous connaissez ce sentiment, lorsque vous attendez une nouvelle? Vous savez qu’elle sera mauvaise, mais malgré tout, vous avez espoir qu’elle ne sera pas si terrible? Eh bien là, c’est pire.

«La commissaire a tout à fait raison quand elle dit que nous avons besoin d'un leadership fédéral plus robuste pour protéger les espèces en péril. L'expansion en continue de l'activité industrielle dans l'habitat essentiel du caribou est un mépris de nos obligations légales et morales de protéger la biodiversité. À l'heure où les espèces sont en déclin à travers le monde, il est temps que le gouvernement fédéral fasse sa part et mette en œuvre la Loi sur les espèces en péril »

Le caribou boréal canadien a une patte dans la tombe. Des 51 hardes qui existent encore au Canada, 37 ont peu de chances de survivre sans protection de leur habitat. Leur nombre a diminué de 30% au cours des deux dernières décennies et les scientifiques ont prévenu que, sans action urgente, des hardes entières pourraient disparaître. Avec la destruction continue de leur habitat, elles déclinent de plus en plus rapidement.

Le caribou boréal parcourt la forêt boréale au Canada depuis des milliers d'années. Cette espèce emblématique dépend de vastes étendues de forêts anciennes pour élever ses petits et se cacher des prédateurs. Et pourtant, alors que le caribou figure sur la liste des espèces en péril depuis plus de 15 ans (ce qui, pour eux, représente toute une vie!), nos gouvernements ont échoué à protéger leur habitat des activités forestières et industrielles non-durables et continues.

Aujourd'hui, Greenpeace demande à McKenna de prendre au sérieux son rôle de ministre de l'Environnement et de protéger nos espèces menacées. La voie à suivre est claire.

La ministre de l’Environnement et du Changement climatique au Canada doit finaliser les accords avec les autochtones ainsi que les gouvernements territoriaux et provinciaux  afin d’assurer la protection à long terme des caribous et de la forêt boréale dans laquelle ils vivent.

L’incapacité à atteindre ces accords jusqu’à présent contribue à une crise grandissante dans nos forêts que nos gouvernements ont le pouvoir de résorber.

Une protection à long terme implique également de respecter les droits et le savoir autochtones.Des délais de mise en oeuvre clairs doivent être mis en place pour chaque mesure, ainsi qu’une protection temporaire, des rapports transparents sur les progrès qui sont faits et une revue scientifique indépendante.

Les Canadiens ont le droit de savoir comment les espèces en péril et leur habitat évoluent sous la présente administration.

Chaque jour, les gros titres des journaux préviennent que tout autour du monde, les animaux sont menacés. Le mois dernier, Sudan, le dernier rhinocéros mâle blanc du Nord est mort au Kenya. En Australie, la tortue de la Mary River - vous savez, celle avec la coupe punk verte - est désormais l’un des reptiles les plus menacés au monde. Dans les états américains au sud du Canada, la dernière harde de caribous sauvages est techniquement éteinte, avec seulement trois femelles restantes et aucun mâle.

Et au Canada? Chaque jour qui passe sans que nous protégions leur habitat les rapproche de l’extinction. Bientôt, il sera trop tard et une autre espèce disparaîtra de la surface de notre planète. C’est pour cette raison que Greenpeace a choisi des tombes, pour nous rappeler que nous devons agir maintenant.

Rejoignez le mouvement! Dites au gouvernement fédéral d’assumer ses responsabilités et de protéger le caribou boréal et la forêt boréale.