Greenpeace se positionne complètement contre la chasse au phoque commerciale à but lucratif, et ce, pour toujours.

Greenpeace ship, Arctic Sunrise, in Greenland


À la fin de l’année 2015, j’ai donné une entrevue portant sur la position de Greenpeace sur la chasse au phoque pour la chaine américaine MSNBC. Je crois qu’il est important de clarifier cette position aujourd’hui :

Greenpeace se positionne complètement contre la chasse au phoque commerciale à but lucratif, et ce, pour toujours.

Il est important de noter cependant que la chasse au phoque commerciale est a des années-lumière des pratiques traditionnelles des communautés autochtones de l’Arctique. Ces communautés ont montré à maintes reprises qu'elles comprennent et savent comment protéger l'écosystème arctique, un écosystème au sein duquel elles vivent depuis des  milliers d’années. Leurs pratiques traditionnelles de chasse n’ont jamais représenté une menace pour les populations de phoques ou de baleines. Les autochtones ne chassent pas les blanchons et ont un respect pour l’animal. Ils chassent afin de subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs familles dans un environnement des plus rudes.

Nous respectons leur droit à poursuivre cette tradition.

J’ai visité plusieurs communautés de l’Arctique dans les dix dernières anneés et j’ai pu constater comment les autochtones chassent et à quel point c’est important pour eux. Il ne s’agit pas seulement d’une pratique culturelle, c’est aussi une question de survie. Beaucoup de communautés du Grand Nord dépendent de la chasse au phoque pour se nourrir, se chauffer et se vêtir. Ils vendent une partie du produit de leur chasse afin de subvenir à leurs besoins durant l’hiver polaire.

D'autre part, le gouvernement du Canada continue de permettre le massacre de plus d’un demi-million de bébés phoques par année. Ce gouvernement a, de longue date, sacrifié la santé des océans pour les intérêts à court terme des industries de la pêche et de la chasse au phoque. Voilà pourquoi nous avons commencé une campagne contre la chasse commerciale dans les années 1970, chasse commerciale à laquelle nous nous opposons toujours.

Mais quand nous avons fait campagne dans les années 1970 et 1980, nous n’avions, à l’époque, pas fait la distinction suffisante entre la chasse commerciale à l’échelle industrielle et la chasse traditionnelle. Le résultat fut dévastateur pour plusieurs communautés autochtones de l’Arctique. La chasse et la pêche dans cet environnement extrême sont, pour beaucoup, un moyen de survie.

Greenpeace fait campagne pour la protection des mammifères marins à travers le monde — incluant des espèces menacées telles que le marsouin du Pacifique, le dauphin de Maui et le dugong. Nous nous efforçons aussi de combattre les menaces à la santé des océans et à la survie des espèces marines comme la surpêche, la pollution et l’acidification. Nous ne cesserons jamais de faire campagne pour des océans sains et propres et continuerons également de soutenir les droits des peuples autochtones partout dans le monde.

Je suis énormément reconnaissant envers tous les sympathisants et adhérents qui rendent ce travail possible.



Jon Burgwald est responsable de la campagne Arctique pour Greenpeace Nordic.