Le glacier d'un iceberg montre les signes alarmants d'une fonte croissante. © Nick Cobbing / Greenpeace

Les changements climatiques sont aujourd’hui la plus grave menace qui pèse sur l’humanité et l’environnement. Greenpeace demande au gouvernement fédéral de stopper le réchauffement climatique et d’oser la [R]évolution énergétique.

Les scientifiques sont unanimes : notre boulimie pour les énergies fossiles entraîne la concentration de gaz à effet (GES) dans l’atmosphère. Conséquence? La température de la terre augmente rapidement. Trop rapidement. Il faut empêcher l’augmentation de la température globale de plus de 2 °C. Sinon, nous prenons le risque de subir les répercussions de phénomènes irréversibles. Or, nous sommes aujourd’hui sur la route d’une augmentation des températures allant de 4 à 6 °C.

Des millions de personnes doivent, d’ores et déjà, faire face aux impacts de la montée des eaux, de l’érosion des zones côtières et de l’intensification des catastrophes naturelles telles les sécheresses, les inondations, les tempêtes, etc. On estime à 300 000 le nombre de morts liés aux changements climatiques chaque année.

La solution, nous la connaissons. Continuer sur la base du modèle énergétique actuel nous mène dans une impasse. D’ici 2020, les pays industrialisés doivent réduire leurs émissions de GES d’au moins 25 à 45 pour cent sous les niveaux de 1990. Comment y arriver? En imaginant un nouveau modèle énergétique qui table sur l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables. Sortons de l’ère des fossiles, déclenchons la [R]évolution énergétique.

Pour Greenpeace, il est temps d’oser cette révolution. Pour ce faire, nous posons les actions suivantes :

  • Cibler les pollueurs: Nous orchestrons des actions directes contre l’exploitation des sables bitumineux.
  • Faire pression sur les gouvernements: Nous confrontons les gouvernements pour qu’ils luttent efficacement contre les changements climatiques. Nous demandons qu’ils cessent de soutenir l’exploitation des sables bitumineux et qu’ils améliorent substantiellement leur cible de réduction de GES à l’horizon 2020.
  • Mobiliser la population: Nous demandons aux Québécois et aux Canadiens de se mobiliser pour exiger des décideurs politiques de l’action pour le climat.
  • Proposer des solutions: Le pays doit cesser de soutenir les énergies polluantes (sables bitumineux, gaz naturel, énergie nucléaire) et investir dans les énergies propres. Le rapport [R]évolution énergétique de Greenpeace qu’il est possible pour le Canada de devenir un leader dans le domaine de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables.

Les dernières mises à jour

 

Non aux pipelines de sables bitumineux

Vidéo | 16 octobre, 2013 à 15:30

Metro Vancouver, 16 octobre 2013. Les militants de Greenpeace bloquent le terminal pétrolier du pipeline de Kinder Morgan situé près de la ville de Vancouver en Colombie-Britannique. Les activistes ont ainsi protesté contre le plan du...

"Pourquoi j'ai décidé d'agir" par Mélanie, Militante

Vidéo | 16 octobre, 2013 à 14:30

Mélanie est l'une des activistes québécoises ayant pris part à l'action directe non violente au terminal pétrolier de Kinder Morgan, près de Vancouver, C.-B. Elle nous explique pourquoi elle a décidé d'agir en nous rappelant l'importance des...

Au-delà du pétrole

Vidéo | 20 décembre, 2010 à 15:33

Une animation qui explique comment nous en sommes arrivés à notre dépendance au pétrole. Envoyez maintenant un message aux députés du Québec pour un avenir sans énergies sales : www.greenpeace.ca/non-gaz

GREENPEACE au CONGRES MONDIAL DE L'ENERGIE

Vidéo | 12 septembre, 2010 à 11:42

Alors que débute aujourd'hui le Congrès mondial de l'énergie à Montréal, environ quatre-vingts militants de Greenpeace ont mis en scène un « Beach Party Marée noire », dont une vingtaine en maillots de bain englués de « pétrole », pour dénoncer...

Kumi Naidoo visite les sables bitumineux

Vidéo | 24 juin, 2010 à 11:38

Kumi Naidoo, directeur général de Greenpeace International, visite les sables bitumineux de l'Alberta.

1 - 5 de 17 résultats.