Phénomènes météorologiques extrêmes

Publication - 1 avril, 2008
Le réchauffement climatique fera la pluie… et le mauvais temps! L’augmentation de la température de la planète modifie l’environnement. Les changements climatiques introduisent plus d’énergie (de la chaleur) dans les systèmes météorologiques planétaires. Cette énergie accélère l’ensemble du système et augmente ainsi le nombre et l’intensité des tempêtes. L’histoire des changements climatiques, c’est donc aussi celle des phénomènes météorologiques extrêmes comme les ouragans, les inondations, les sécheresses et les canicules.

Ces conséquences toucheront en majeure partie les plus pauvres, notamment l’Afrique subsaharienne, le sud de l’Asie et certaines régions d’Amérique latine. Selon les estimations du Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE), 740 millions de personnes subissaient les conséquences des changements climatiques dans les années 1970. Deux décennies plus tard, elles sont deux milliards. On estime que ce chiffre doublera tous les dix ans. Si la majorité des personnes touchée par le réchauffement climatique vive dans les pays en voie de développement, les populations des pays industrialisées sont les responsables de cette crise.

Pour de plus amples informations sur les catastrophes naturelles : Consulter le diaporama.

Canicules

La canicule de l’été 2003 en Europe est liée au réchauffement climatique. C’est la conclusion d’une étude publiée en décembre 2004 sur cette vague de chaleur meurtrière. Le rapport ajoute que, d’ici le milieu du siècle, un été comme celui-là sera considéré comme plus frais que la moyenne. Rappelons que 30 000 personnes sont mortes suite à cette canicule. Selon l’Institut national français de la santé, la France a connu un taux de mortalité de 60 pour cent plus élevé que la normale.

Et ce n’est que le début ! Des scientifiques au Royaume-Uni estiment qu’il y a plus de 90 pour cent de probabilités pour que le réchauffement climatique double les risques de canicules. Les vagues de chaleur ne touchent pas seulement les humains. Elles auront également des répercussions sévères sur les récoltes, le bétail, les stocks de poissons et les animaux sauvages.

Pluies abondantes et inondations

Le système climatique de la Terre est surtout dirigé par deux éléments : l’atmosphère et les océans. Ces deux masses d’eau et d’air règnent toutes deux sur l’ensemble du système climatique mondial et les climats sont générés par un échange important d’énergie entre ceux-ci. Un peu à la manière d’un radiateur, l’atmosphère diffuse la chaleur.

Dans un contexte de dérèglement du climat, les systèmes climatiques sont généralement plus instables. En se réchauffant, l’atmosphère retient davantage de vapeur d’eau. Résultat ? Les précipitations augmentent. les dommages climatiques ou les sinistres climatiques sont parmi les plus graves et les plus coûteux : inondations, crues torrentielles, glissements de terrain, érosion des sols, dommages aux cultures et pressions hydrique sur les barrages.

À l’été 2004, les deux tiers du Bangladesh et une grande partie des États indiens d’Assam et de Bihar étaient inondés faisant 50 millions de sinistrés. La principale récolte de riz de mousson a été gravement endommagée forçant près de 20 millions de personnes à demander de l’aide. A cause de ces inondations l’eau des égouts s’est mélangée avec l’eau (celle) de la ville provocant un grave problème de santé publique Des dizaines de milliers de personnes ont souffert de diarrhée. Une inondation aussi dévastatrice n’était passurvenue depuis six ans (plus tôt) (ou : Une inondation d’une telle ampleur avait déjà touché cette zone 6 ans plus tôt.

Sécheresses

Le réchauffement climatique tarira encore plus les régions sèches. Les sécheresses vont augmenter, particulièrement dans les endroits situés près des latitudes moyennes (de 30° à 60°) de chaque hémisphère.

Cette augmentation des sécheresses aura de lourdes conséquences tant pour les pays industrialisés que pour les pays en voie de développement. Les régions qui manquent déjà d’eau et de nourriture seront les plus durement affectées. Une étude publiée par des scientifiques de l’US National Center for Atmospheric Research (Centre national américain de recherche atmosphérique) a démontré que les zones frappées par les sécheresses avaient doublé depuis les années 1970. Elle estime que la moitié de cette augmentation provient du phénomène de réchauffement climatique.

Le climat de l’Afrique, par exemple, est déjà très variable et imprévisible. Les changements climatiques ne font qu’empirer les choses. Dans la région du Sahel, les précipitations ont diminué de 25 pour cent en moyenne au cours des 30 dernières années. Cette observation est cohérente avec les scénarios des changements climatiques.

Tempêtes

La source d'énergie principale d’une tempête tropicale (aussi appelée ouragan, typhon et cyclone) est le dégagement de chaleur causé par la condensation de vapeur d'eau en altitude dans leurs orages. Pour qu’un cyclone se réveille, la température de l’océan doit atteindre plus de 27 °C.

Nous savons que les changements climatiques ont pour effet d’augmenter la température des mers et des océans. Bien qu’il existe d’autres facteurs complexes dans la formation des ouragans, le lien entre le réchauffement de l’eau de mer et les ouragans est bien établi. Les changements climatiques génèrent les conditions nécessaires à la formation plus fréquente de cyclones, d’ouragans et de typhon.

Les cyclones tropicaux sont redoutés par les populations en raison de leurs effets dévastateurs ou destructeurs: pluies torrentielles, inondations côtières et vents violents. Ils sont classés parmi les risques naturels les plus courants et font chaque année des milliers de victimes.