De Fukushima à Trois-Rivières

Publication - 22 février, 2012
Les répercussions économiques d’un accident nucléaire de l’envergure de Fukushima à Gentilly-2.

 

Ce rapport a été préparé par le Centre for Spatial Economics (C4SE) à la demande de Greenpeace afin d’aider le Québec à décider de façon éclairée s’il doit fermer son unique réacteur nucléaire, Gentilly-2, ou prolonger sa durée de vie.

Comme l’a montré l’accident nucléaire de Fukushima au Japon, un pays qui dépend de l’énergie nucléaire s’expose à d’importants risques. Environ 150 000 personnes au Japon ont été déplacées par suite de la catastrophe de Fukushima et nombre d’entre elles pourraient avoir perdu pour toujours leurs biens et leurs moyens de subsistance.

La perspective de tels accidents catastrophiques n’entre toutefois généralement pas dans l’analyse coûts- bénéfices de l’énergie nucléaire. Une loi fédérale spéciale intitulée la Loi sur la responsabilité nucléaire fait passer la responsabilité financière des accidents nucléaires de l’industrie nucléaire aux contribuables canadiens.

Le présent rapport vise à donner une vision plus complète des risques que représente pour la collectivité l’exploitation de Gentilly-2 en estimant quelles seraient les conséquences financières d’un accident de même envergure que celui de Fukushima à la centrale Gentilly-2. Un tel accident aurait d’importantes répercussions économiques pour le Québec et provoquerait un grand déplacement de la population.

Questions et réponses - De Fukushima à Trois-Rivières

rapport-gentilly-2

Thèmes