Coûts sociaux

Publication - 4 mai, 2008
On entend souvent dire que les avantages économiques et sociaux de l’exploitation des sables bitumineux l’emportent sur les dommages occasionnés à l’environnement. Clairement, ce n’est pas le cas en Alberta. Cette exploitation connaît une expansion tellement rapide qu’elle dépasse la capacité de quiconque de faire face à ses conséquences sociales.

Sur le plan économique, les Albertains trouvent que les temps sont plus durs que jamais. L’inflation et les prix à la consommation grimpent de façon exponentielle à Calgary et à Edmonton. La satisfaction de besoins de base tels que le logement devient inabordable, l’offre ne parvenant pas à répondre à la demande. Les services des gens de métier qualifiés (mécaniciens, plombiers, etc.) sont coûteux et difficiles à obtenir en raison du grand nombre de travailleurs spécialisés accaparés par les projets d’exploitation des sables bitumineux. L’accès aux soins de santé devient de plus en plus difficile. Même la circulation s’aggrave – le temps nécessaire pour se rendre au travail et en revenir s’allonge, le taux d’accidents augmente et, comme la majeure partie du pétrole extrait des sables bitumineux est envoyée aux États-Unis, même le prix de l’essence est élevé!

Les personnes qui travaillent à l’exploitation des sables bitumineux ont un salaire élevé, mais les inconvénients sont énormes : parmi les sujets de plaintes courants, on compte les longues heures et les dures conditions de travail, les logements médiocres, les emplacements éloignés et l’absence de sécurité d’emploi. La sécurité des travailleurs est un autre problème, car les installations de forage et d’exploitation minière constituent certains des milieux de travail les plus dangereux, et le taux d’accidents industriels a augmenté de 17 % en Alberta entre 2004 et 2006.

Les collectivités ont le sentiment d’être détruites par les changements économiques. L’alcoolisme et la toxicomanie, le jeu et la violence familiale ont augmenté dans les localités situées à proximité des projets d’exploitation des sables bitumineux et, comme les sociétés pétrolières font venir des milliers de travailleurs dans la région, les localités du nord de l’Alberta subissent une crise du logement et font face à des coûts beaucoup plus élevés. Le nombre de sans-abri a grimpé de 19 % à Edmonton en 2006, car les infrastructures et les services sociaux albertains ne sont pas suffisants pour composer avec l’explosion démographique.