© Fotosearch

 

L’Indonésie constitue un véritable trésor mondial de biodiversité et abrite 10 à 15 pour cent des espèces connues de plantes, de mammifères et d’oiseaux. Les tigres de Sumatra, les orangs-outans, les éléphants, les rhinocéros, plus de 1 500 espèces d’oiseaux et des milliers d’espèces végétales font partie des trésors de ce pays.

Toutefois, beaucoup de ces remarquables habitants de la forêt, en particulier le tigre de Sumatra, sont en voie d'extinction. Et il y a urgence : il reste aujourd’hui moins de 400 tigres en liberté. Au rythme actuel de la destruction, le tigre de Sumatra risque de subir le même sort que ces prédécesseurs, le tigre de Java et le tigre de Bali, lesquels ont disparu.

Les animaux ne sont pas les seuls à faire les frais de la déforestation. Des millions d’Indonésiens, qui dépendent de la forêt pour se nourrir, se loger et gagner leur vie, subissent eux aussi de manière dramatique la disparation de la forêt pluviale.

© Ulet Ifansasti / Greenpeace

 

Cette destruction menace aussi le climat de notre planète. Les tourbières comptent parmi les plus importantes réserves de carbone dans le monde. Les immenses tourbières d’Indonésie renferment à elles seules environ 35 milliards de tonnes de carbone. La destruction massive des forêts pluviales indonésiennes et des tourbières remplies de carbone en vue de produire de l’huile de palme et du papier, explique en grande partie les mauvaises performances de l’Indonésie en ce qui concerne le changement climatique : le pays est aujourd’hui le troisième émetteur de gaz à effet de serre dans le monde.

Les forêts pluviales et les tourbières de l’Indonésie sont détruites pour fabriquer les produits de consommation jetables que nous trouvons dans nos magasins – le papier glacé de nos livres et magazines, le papier à copies, le papier hygiénique et le papier d’emballage, ainsi que l’huile de palme utilisée dans la fabrication du dentifrice et du chocolat.

Greenpeace se bat pour l’application immédiate d’un moratoire sur la destruction des forêts et des tourbières en Indonésie, et pour que cesse toute déforestation d’ici 2015. Nous travaillons en association avec la société civile indonésienne et les collectivités locales en vue de créer un meilleur avenir pour les Indonésiens, leurs forêts, la biodiversité et le climat de la planète.

Une partie de la solution aux problèmes auxquels sont confrontés les forêts et les collectivités en Indonésie consiste à amener le marché international à appuyer la protection de la forêt et à ne pas acheter de produits fabriqués dans le cadre d’activités d’exploitation des forêts et de l’huile de palme destructrices.

© Greenpeace

 

La compagnie Asia Pacific Resources International Holdings Limited (APRIL) détruit actuellement ce qu’il reste de l’habitat du tigre de Sumatra, pour en faire… des mouchoirs en papier et autres produits jetables. Son usine indonésienne de pâte à papier, la Riau Andalan Pulp & Paper (RAPP), utilise près de 60% de matériaux originaires de la forêt pluviale ! En 2012, cette compagnie a même prévu de détruire 60 000 hectares supplémentaires pour approvisionner l’usine RAPP.

La compagnie Golden Agri Resources (GAR), productrice d’huile de palme, a déjà accepté, en collaboration avec Greenpeace, de prendre des mesures pour réduire leur incidence sur les forêts en Indonésie. Plus récemment, APP a publié une nouvelle politique de conservation des forêts, qui, si elle est réellement appliquée, pourrait mettre fin à une longue et controversée histoire de destruction des forêts tropicales.

À l’heure actuelle, l’Indonésie est à la croisée des chemins. Autorisera-t-elle des entreprises à détruire inlassablement ses forêts pluviales naturelles, entraînant ainsi la disparition du tigre de Sumatra ? Ou bien choisira-t-elle, avec l’aide de la communauté internationale, de suivre une nouvelle voie de développement écologique afin de protéger tourbières et forêts pluviales?

Faites un don pour appuyer les efforts de Greenpeace pour sauver le tigre de Sumatra

Thèmes