Alerte boréale

La forêt boréale, très importante à l’échelle mondiale, est d’une richesse écologique, économique et culturelle inestimable. Pourtant au Canada, les portions de forêt abritant la plus grande biodiversité et les plus grands stocks de carbone ont été allouées à l’industrie forestière. De grandes étendues ont été rasées par les coupes à blanc ou fragmentées par des routes. Les derniers pans de forêt boréale encore vierge sont de plus en plus rares. Le sort d'espèces menacées comme le caribou forestier, ainsi que la capacité de la forêt boréale à purifier l'air et l'eau et stocker le carbone sont plus que jamais en jeu.

Les forêts canadiennes à un point critique

Le Canada, qui possède près du quart des forêts encore intactes de la planète, perd rapidement ses précieux écosystèmes en raison des activités industrielles et de l’exploitation forestière. En 2012, Greenpeace a demandé à l’organisme Global Forest Watch d’effectuer une analyse détaillée des dernières zones de forêt boréale encore vierge, qui sont plus que jamais menacées par l’exploitation forestière.

Au Canada, cinq zones de forêt menacée aux paysages spectaculaires courent un risque particulièrement élevé.

En exploitant des zones de forêts menacées, Produits forestiers Résolu met en danger l’habitat du caribou, tout en refusant de tenir compte des recherches scientifiques les plus récentes, qui préconisent la création d’un vaste réseau d’aires protégées. 

Greenpeace s’oppose aux activités de Résolu parce que la forêt est incapable se défendre elle-même. Ne laissons pas la forêt sans défense. Ensemble #defendonslaforet dès maintenant ! Ajoutez votre nom à l’arbre-gardien pour manifester votre solidarité.

Cliquez sur la carte pour en savoir plus sur chacune d'entre elles.

Pistes de solutions

Greenpeace préconise un mode de gestion de la forêt boréale qui repose sur une coopération accrue (plutôt que la compétition) entre l’écosystème, les communautés locales et les intervenants économiques. À l’heure actuelle, seulement 8 pour cent de la superficie boisée du pays est protégée par la loi. Afin de conserver la forêt boréale pour les générations futures, la création d’un vaste réseau d’aires protégées est absolument essentielle. Conjuguées à des méthodes de prélèvement du bois plus responsables, ces aires protégées assureront la prospérité à long terme des collectivités et la bonne santé de l’écosystème forestier.

Greenpeace s’efforce d’implanter des solutions pratiques et durables en collaborant avec les Premières nations, les gouvernements provinciaux, les consommateurs et les compagnies forestières désireuses d’apporter des changements concrets dans un délai raisonnable.

 

 

 

Pour en savoir plus sur la manière dont Greenpeace coopère avec les compagnies forestières écoresponsables, consultez notre rapport Alerte boréale : Plaidoyer pour que cesse la consommation de bois et de papier provenant des forêts menacées.

Les chefs de file

Plusieurs grandes compagnies, dont Rona, Kimberly-Clark et Office Depot, ont d'ores et déjà adopté des politiques d'approvisionnement responsables qui restreignent l'achat de produits issus des forêts menacées et à haute valeur pour la conservation. Nous invitons toutes les parties concernées et les décideurs, incluant les compagnies forestières, leurs grands clients corporatifs et les gouvernements provinciaux, à mettre un terme à l’exploitation forestière dans ces territoires jusqu'à ce que des mesures de conservation adéquates soient appliquées.

À travers le monde, Greenpeace a constitué des partenariats avec des compagnies privées, afin d'atteindre des objectifs précis tout en respectant les droits des peuples autochtones. À l'heure actuelle, l’Entente sur la forêt pluviale du Grand Ours (en Colombie-Britannique), l’Alliance amazonienne (au Brésil) et l’Accord Golden Agri-Resources (en Indonésie) contribuent à réduire significativement les menaces qui planent sur les forêts du globe.

Les menaces

Active en Ontario et au Québec, Produits forestiers Résolu (PFR, anciennement connue sous le nom AbitibiBowater) est la plus grande compagnie forestière au Canada. Les activités de cette compagnie menacent quelques-uns des derniers pans de forêt boréale encore vierge. Cliquez ici pour avoir plus d’information sur les menaces qui pose Résolu sur l’habitat du caribou forestier et les forêts menacées.

Résolu est impliquée dans des litiges l’opposant aux Premières nations pour avoir prélevé du bois sans leur consentement sur leurs terres ancestrales. Ses activités menacent des espèces emblématiques comme le caribou forestier. De plus, Résolu a fait l'objet de conflits de travail et de controverses en ce qui concerne son impact sur les communautés locales. Des groupes environnementaux ont dénoncé son refus de mettre en œuvre les mesures de protection de la forêt que la communauté scientifique juge « minimales » pour conserver adéquatement l’écosystème boréal.   

Voilà maintenant qu’à coup de 7 millions $, Résolu poursuit abusivement Greenpeace car nous défendons la forêt. Or la forêt a besoin de nous et Greenpeace ne laissera pas la forêt sans défense.

Passez à l’action dès maintenant

Ne laissons pas la forêt sans défense face aux pratiques destructrices du géant Produits forestiers Résolu. Greenpeace et deux de ses employés ne se laisseront pas bâillonner par la poursuite abusive de  7 millions $ que leur inflige cette multinationale car vous avez le droit de savoir ce qui se passe dans votre forêt publique. Ensemble, défendons la forêt ! Signez la pétition au defendonslaforet.ca.

Les consommateurs de produits forestiers doivent agir eux aussi

Pour appuyer les efforts de conservation en forêt boréale, les grands consommateurs de produits forestiers doivent faire preuve d’initiative et cesser d’acheter les produits issus des zones de forêt menacée. La première étape consiste à cesser d’acheter la pâte, les papiers et le bois d’œuvre commercialisés par Produits forestiers Résolu, tant et aussi longtemps que cette compagnie continuera de s’approvisionner au cœur de ces zones. Les consommateurs doivent inviter leurs fournisseurs à collaborer avec les Premières nations, les organisations environnementales et les syndicats afin de mettre en œuvre des solutions scientifiques capables d’assurer à long terme la protection de la forêt et la prospérité des collectivités locales.

Thèmes