Changer de thon

Greenpeace milite depuis des années pour tenter d’amener les acheteurs et les vendeurs à rendre des comptes sur la quantité massive de ressources qu’ils extraient des océans. Nous avons révélé les impacts environnementaux et sociaux d’un grand nombre de pratiques de pêche et d’aquaculture à l’échelle mondiale. Au Canada, nous avons poussé les plus grandes chaînes alimentaires du pays à modifier leurs sources d’approvisionnement en produits de la mer provenant de tous les coins de notre planète bleue.

Certaines des espèces les plus populaires vendues en épicerie au Canada sont issues de la surpêche et de pratiques extrêmement destructrices. Le thon, un grand favori partout dans le monde, en fait partie. On le retrouve d’ailleurs comme aliment de base dans bien des garde-manger au Canada. Ce poisson occupe une place unique dans les écosystèmes marins en raison de son rôle de superprédateur dans la chaîne alimentaire. Il constitue aussi une source essentielle de protéines pour des millions de personnes. Toutefois, la croissance de la demande menace la survie de l’espèce et celle d’autres animaux marins touchés par les pratiques destructrices de la pêche au thon. Le secteur thonier illustre parfaitement les problèmes qui minent l’industrie de la pêche dans son ensemble. Voilà pourquoi Greenpeace fait campagne à l’échelle mondiale dans le but d’inciter le secteur à se transformer. Au Canada, nous exerçons des pressions sur les entreprises afin qu’elles changent leurs sources d’approvisionnement en thon.

Selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), parmi les espèces de thon les plus souvent offertes en conserve (à nageoires jaunes, listao, germon et obèse), le thon obèse est classé comme vulnérable; le thon à nageoires jaunes et le thon germon, comme quasi-menacés. En l’absence de mesures de conservation, le premier pourrait disparaître complètement et les seconds, devenir des espèces menacées.

Les populations de thon sont aussi victimes des méthodes destructrices utilisées principalement pour pêcher le listao l’espèce la plus abondante. Les navires à senne coulissante lancent souvent leurs vastes filets à proximité d’objets flottants appelés « dispositifs d’agrégation du poisson » (DCP). Installés en pleine mer, ces engins n’attirent pas que les thons adultes, mais aussi les juvéniles du thon obèse et du thon à nageoires jaunes, ce qui augmente la pression exercée sur ces deux populations. Et les DCP ne tuent pas que des thons : ils font aussi des victimes parmi les requins, les marlins, les tortues et d’autres animaux marins.

L’autre méthode de pêche au thon la plus courante utilise la palangre, un engin non sélectif muni de milliers d’hameçons appâtés. À l’instar des sennes coulissantes utilisées avec les DCP, la palangre cause une grande mortalité chez des espèces comme les requins, les tortues et les oiseaux de mer. De plus, les palangriers s’adonnent régulièrement à l’amputation des ailerons de requin, une pratique dévastatrice.

Les palangriers restent souvent en mer pendant des mois, voire des années, une situation constituant un terrain fertile aux activités illégales et aux conditions de travail abusives. La pratique du transbordement, qui permet aux navires de se décharger de leur capture et de se réapprovisionner clandestinement en mer, encourage aussi des pratiques déplorables.

Il existe une solution à tous ces problèmes. Greenpeace s’emploie à transformer l’industrie thonière toute entière, depuis les marchés jusqu’aux organismes de gestion régionaux en passant par la pêche. L’annonce récente faite par la compagnie Thai Union, le géant mondial du thon en conserve,  illustre la métamorphose en cours : la plus grande entreprise de pêche au thon au monde a en effet promis de transformer ses chaînes d’approvisionnement mondiales. De plus en plus de marques ont emboîté le pas en offrant de meilleurs choix aux consommateurs. Greenpeace continuera à inciter les entreprises à se responsabiliser, de concert avec les nombreux organismes qui prônent une industrie de la pêche durable et socialement responsable.

Consultez notre tout dernier Classement du thon durable pour obtenir de l’information sur les politiques et les pratiques des marques connues en matière d’approvisionnement.

Consultez notre Guide d’achat du thon pour des océans en santé et sa liste de centaines de produits vendus au Canada.

Les dernières mises à jour

 

Tournée de Greenpeace pour un thon durable

Vidéo | 14 septembre, 2012 à 12:19

Greenpeace a fait appel à deux requins pour aider à convaincre Clover Leaf d'arrêter leur approvisionnement provenant de pêche destructrices. Pour le restant de l'été, nous serons en tournée au Québec et dans les Maritimes.

Thon durable : Clover Leaf doit entrer dans la danse

Vidéo | 18 octobre, 2011 à 11:00

Clover Leaf doit changer de thon. Bien connu du public, la bannière Clover Leaf, qui détient la plus grande part de marché des aliments de la mer en conserve au Canada, s'approvisionne auprès d'une industrie aux méthodes de pêche destructrices...

Thon: palangres et DCP

Vidéo | 7 septembre, 2011 à 11:00

Vidéo expliquant ce qu'est un DCP (dispositif de concentration de poissons). Une pratique très utilisée par les pêcheurs industriels de thon.

1 - 3 de 3 résultats.

Tags