Aidez-nous à changer Clover Leaf


Nous enverrons des lettres aux employés de Clover Leaf pour leur demander de convaincre leur compagnie de s’approvisionner à partir de méthodes de pêche moins destructives.

Lire la lettre au complet

Un militant de Greenpeace maintient une banderole pour demander la création de réserves marines dans la mer Baltique. Les réserves permettraient de protéger les animaux marins contre la surpêche actuelle, qui atteint ou dépasse déjà les limites biologiques acceptables. Parmi les espèces les plus menacées, mentionnons la morue, l’aiglefin, le merlan, la plie et la sole. © Greenpeace / Christian Aslund

Sous les eaux en apparence calmes de nos océans se cache une terrible tempête. Partout sur le globe, nos océans se vident. Les nations de pêche industrielle se sont dotées de technologies ultra-modernes et ont mis le cap vers les profondeurs, autrefois refuges pour les espèces marines. Malgré la crise, nous n’avons jamais eu autant d’appétit pour les aliments de la mer.

Nous avons la responsabilité de protéger nos océans pour les générations futures. Afin d’aider les consommateurs et les supermarchés à faire des choix plus écologiques, Greenpeace a élaboré une Liste rouge des 21 espèces marines les plus menacées comme la morue et certaines espèces de thon. Greenpeace demande aux supermarchés de renoncer à la vente des espèces qui figurent sur la Liste rouge et de prendre la voie des aliments de la mer durables.

Comment une espèce se retrouve-t-elle sur la Liste rouge ? Les raisons sont multiples. Une espèce y est ajoutée parce que sa méthode de pêche ou de production a des conséquences négatives sur l’espèce elle-même, sur d’autres espèces marines ou sur certaines populations ou bien qu’elle entraîne la détérioration d’un écosystème, qu’elle est mal gérée ou qu’elle est pêchée de façon illégale. Deux séries de critères d’évaluation ont servi. La première série s'applique aux espèces capturées en milieu naturel et la seconde aux espèces d'élevage. Tout au long du processus d'évaluation, Greenpeace a passé en revue les travaux de recherche scientifique les plus récents concernant chaque stock ou système d'aquaculture. Nous avons consulté les sources gouvernementales et étudié les systèmes de classement employés par les autres organisations.

Greenpeace publie chaque année le Classement des supermarchés. L’organisation attribue des notes et classe les huit plus grandes chaînes de supermarchés au pays en fonction des progrès accomplis en matière de politique d’approvisionnement en produits de la mer durables. De ceux qui refusent de prendre leurs responsabilités à ceux qui font des efforts, le classement des supermarchés 2011 positionne les détaillants comme suit : Costco , Federated Cooperatives, Metro, Walmart, Sobeys, Safeway, Overwaitea, Loblaws. Greenpeace travaille avec les détaillants pour les aider à développer une politique d’approvisionnement durable des aliments de la mer. Nous mettons les supermarchés au défi d’agir et rapidement. Si tel n’est pas le cas, nous agissons directement dans les magasins au moyen d’actions directes.

Greenpeace est d’avis que la seule façon de permettre à nos océans de se régénérer et d’assurer la survie des poissons de demain est de mettre un terme à la surpêche et aux pratiques de pêche destructrices comme le chalutage de fond. Il est urgent de protéger les espèces marines et leurs habitats par la création de vastes réseaux de réserves marines. Il nous faut aussi conserver l’océan Arctique dans le but de nous défendre contre les menaces croissantes liées aux changements climatiques et à l’acidification des océans. Au Canada et ailleurs dans le monde, les progrès à cet effet sont lents. Greenpeace s’efforce d’accélérer le rythme en faisant pression sur les élus en faveur d’une gestion des mers responsable. Vous pouvez contribuer vous aussi en signant notre pétition pour les réserves marines.

D’un océan à l’autre, la population du pays est aux premières loges de la mauvaise gestion des océans. La morue a presque disparu sur la côte est, et sur la côte ouest, des millions de saumons socket ont disparu de la rivière Fraser. Avec seulement moins d’un pour cent des océans du monde protégé, cette mauvaise gestion ne peut que s’aggraver. Depuis 1950, plus de 90 % des grands prédateurs comme le thon et le requin ont été surpêchés et sont sur le point de disparaître pour toujours. Ces populations n’ont tout simplement pas le temps de se reproduire. Pendant ce temps, d’autres méthodes ont pour particularité de capturer de nombreuses espèces non visées et de multiplier ainsi démesurément le nombre de prises accessoires. C’est le cas, par exemple, de la pêche à la palangre, des filets maillants dérivants ou du chalutage de fond. Deux cent mille tortues sont blessées ou tuées chaque année dans les filets des pêcheurs d’espadon et de thon.

Nos océans sont en péril. Si nous agissons maintenant, ils pourront se régénérer. Pour obtenir des informations approfondies sur notre Liste rouge, visitez la page Ressources.

Thèmes