Des poissons tout juste hissés à bord du Reiderland. Ce chalutier allemand racle les fonds marins à la recherche de morue de la mer du Nord. Pourtant, le Conseil international pour l’exploration de la mer (CIEM) prescrit, depuis 2003, une suspension totale de l’exploitation de cette population surpêchée. © Greenpeace / Christian Aslund

Greenpeace cible les huit plus grandes chaînes de supermarché à travers le pays et s’efforce de les convaincre de mettre un terme à la vente des poissons et fruits de mer figurant sur la Liste rouge - espèces provenant de pêcheries destructrices – et d’élaborer des politiques d’achats de produits de la mer durables. Les chaînes de supermarché sont les intermédiaires entre la mer et le consommateur. Elles jouent un rôle central dans la destruction de nos océans, mais elles pourraient les protéger.

Chacune des 21 espèces figurant sur la Liste rouge de Greenpeace a été évaluée selon des critères scientifiques mesurant l’état des stocks, la vulnérabilité de l’espèce ainsi que l’impact environnemental des méthodes de pêche. Ces particularités diffèrent selon qu’il s’agisse d’une espèce de culture ou sauvage.

La pêche moderne épuise les ressources de nos océans. Trois quarts des stocks de poisson sont pleinement exploités ou surexploités. À l’échelle mondiale, 90 % des bancs des grands prédateurs comme le saumon de l’Atlantique, le thon et l’espadon ont disparu. Au Canada, il n’y a pratiquement plus de morues. Pour que nos mers puissent se régénérer, il est impératif que la surpêche et les autres pratiques destructrices laissent un répit aux espèces.

Greenpeace s’efforce de préserver les poissons de sa Liste rouge en menant les actions suivantes :

  • Mettre le marché au défi: Notre campagne au sein des supermarchés s'adresse directement aux huit plus grandes chaînes d’épiceries canadiennes afin de les convaincre de cesser la vente des espèces de poisson figurant sur sa Liste rouge. Aussi, nous leur demandons de mieux informer les consommateurs sur la provenance des stocks et les techniques de pêche utilisées par un système d’étiquetage. Pour suivre les progrès accomplis, Greenpeace établit un classement annuel des supermarchés au pays.
  • Travailler en collaboration avec les détaillants : Greenpeace collabore avec les supermarchés pour les aider à élaborer des politiques d’approvisionnement de poissons et fruits de mer durables. Nous les poussons à jouer un rôle actif dans l’espace public afin d’encourager le passage vers une pêcherie durable et un système de certification amélioré.
  • Informer les consommateurs : Nous cherchons à rejoindre les consommateurs au travers nos actions et les invitons à s’informer en lisant notre classement et les autres ressources mises à leur disposition.
  • Faire pression sur le gouvernement : Nous faisons pression sur les politiciens fédéraux en exigeant une gestion responsable des pêcheries et la création de réseaux de réserves marines. Greenpeace fait partie d’une coalition ayant engagé des poursuites à l’encontre du gouvernement canadien afin d’obtenir une réglementation plus sévère protégeant nos espèces marines vulnérables.

Les dernières mises à jour

 

Un peu plus de 600 000 km2 de déchets flottants

Actualité | 5 février, 2008 à 17:00

En novembre 2006, lors d’une expédition dans le Pacifique, Greenpeace a découvert entre Hawaii et la Californie, une vaste plaque de déchets de plusieurs millions de tonnes, formant une île plus grande que la France juste à proximité de la plus...

Reprise de la chasse : cinq baleines massacrées

Actualité | 31 janvier, 2008 à 17:00

Greenpeace s'alarme des rapports du navire de surveillance australien, l'Oceanic Viking, qui font état de la reprise de la chasse : au moins cinq baleines ont ainsi été tuées hier par la flotte baleinière japonaise.

Aquaculture mondiale : Greenpeace appelle l’industrie à réaliser d’urgentes réformes

Actualité | 27 janvier, 2008 à 17:00

Telle que pratiquée aujourd’hui, l’aquaculture n’est pas une solution à l’épuisement des réserves de poissons sauvages. Bien au contraire, plusieurs fermes d’aquaculture posent une menace sérieuse aux écosystèmes marins et d’eau douce.

Greenpeace sauve une centaine de baleines : L’Esperanza doit rentrer au port pour...

Actualité | 26 janvier, 2008 à 17:00

Pendant deux semaines, le navire de Greenpeace, l’Esperanza, a réussi à empêcher la flotte de bateaux japonais de chasser dans le Sanctuaire de baleines de l’océan Austral (1). Ses réserves de carburant s’amenuisant, l’Esperanza se voit...

La position de Canon sur la chasse à la baleine mise à rude épreuve par Greenpeace

Actualité | 23 janvier, 2008 à 17:00

Greenpeace est d’accord qu’on puisse capturer des baleines... sur pellicule photo ou support numérique! Or, Greenpeace a appris que le plus grand fabricant d'appareils-photos numériques au monde, Canon, n'est pas disposé à condamner...

91 - 95 de 114 résultats.

Thèmes
Tags